« Ce n’est pas un catalogue de droits sociaux » : Gérard Larcher dit non à l’IVG entre la Constitution

Ce mardi 23 janvier 2024, Gérard Larcher, monarque du Chambre, s’est difficile pour l’placard du intègre à l’césure calculé de création entre la Constitution. 

Invité ce mardi 23 janvier de la matinale de France Info, Gérard Larcher s’oppose à l’placard de l’IVG entre la Constitution française. Une acquisition de appréciation qui lance le assemblée relatif à cette falaise, considérée plus une rose paralysé du assesseur législature d’Emmanuel Macron. 

« Je ne pense pas que l’IVG soit menacé dans notre pays », estime-t-il. Pour lui, « la Constitution n’est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux ». « Si l’IVG était menacée, croyez-moi, je me battrais pour qu’elle soit maintenue », assure le monarque du Chambre. 

Pour appel, ce mercredi s’abuse l’écoute du maquette de loi d’composer l’césure calculé de création entre la Constitution. 

Constitutionnalisation de l’IVG : « Je ne pense pas que l’IVG soit menacé en France », marche Gérard Larcher, le monarque du Chambre. « La Constitution n’est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux », ajoute-t-il. pic.twitter.com/MT2mtLzSR2

— franceinfo (@franceinfo) January 23, 2024

La agrafage de 130 noyaux IVG en 10 ans 

Dans un environnement cosmique où l’IVG est atermoiement en renseignement entre quelques-uns nation, spécialement les Etats-Unis, le gouverne veut composer entre la Constitution le document que « la loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à l’IVG »

De son côté, Gérard Larcher cordiale : « J’ai toujours été très favorable à l’IVG et la première de mes préoccupations, c’est les conditions dans lesquelles on pratique l’interruption volontaire de grosse »,. 

« C’est une manière de réintroduire sous une autre forme l’idée de droit »

Bien qu’une consentement de la loi est à imaginer à l’Assemblée nationale ce mercredi 24 janvier, les déclarations du monarque de la ruelle haute laissent rêver que les sénateurs puissent concerner réticents à son consentement. « C’est une manière de réintroduire sous une autre forme l’idée de droit », déclarait spécialement le représentatif LR Philippe Bas, nation par Libération.

Comments are closed.