« Emmanuel Macron amène les idées d’extrême droite au pouvoir », remplaçant le parlementaire socialiste du Gers Franck Montaugé

l’ingrédient Après capital voté auprès la loi peuplement, le parlementaire du Gers dresse le constat gouvernant de l’cycle 2023 et évoque les caves à commencer en question d’agrochimie, d’usine et d’stabilité.

La loi peuplement : « Une honte pour le pays des droits de l’Homme »

« Au départ de ce projet de loi, les intentions affichées étaient de mieux contrôler l’immigration mais aussi de faciliter l’intégration des étrangers dans notre pays. Cette promesse était un leurre et le texte voté, auquel je me suis opposé, est un texte de police des étrangers. Dans les faits, le Gouvernement et la droite sont à la recherche d’un électorat perdu. Ils ont adopté la rhétorique que seule l’extrême droite défendait jusqu’alors : « la France aux Français ». Ce texte est une honte pour le pays des droits de l’Homme et une insulte à l’héritage des Lumières. Il dit aussi le peu de confiance que nos gouvernants ont dans le peuple français! Aujourd’hui, Emmanuel Macron amène les idées d’extrême droite au pouvoir. »

L’accès à l’eau, un risque grand contre l’agrochimie

« Je souhaite une loi d’orientation agricole ambitieuse au regard des réalités climatiques et des nécessités de transition écologique. La problématique de la transmission foncière et de l’installation de jeunes agriculteurs devrait faire partie de ce texte. Ce n’est pas certain à ce stade. Elle devrait aussi être l’occasion d’un bilan objectif du tournant agroécologique pris en 2014. La question majeure de l’accès à l’eau devra aussi être traitée. Mon groupe a apporté sa contribution à cette problématique. Nous ne pourrons pas progresser sans dialogue de l’ensemble des parties prenantes et je pense à cet égard que les approches collectives de type « esquisse national de tendance de l’eau » doivent être privilégiées. »

Le plan 2024 : « La solidarité nationale doit s’exprimer pleinement »

« La plupart des amendements que j’ai présentés et défendus pour soutenir les filières en difficulté comme celle du vin, du gras ou de l’élevage ont été rejetés. Je prends date et nous verrons si le gouvernement est au rendez-vous des besoins de ces filières confrontées ces dernières années à de nombreux aléas climatiques et sanitaires. La pérennité de certaines exploitations est questionnée. Les assurances ne fonctionnent pas ou plus dans ces conditions. Et en attendant la révision du mode de calcul des rendements à la moyenne dite « olympique », la solidarité nationale doit s’exprimer pleinement. Il y va de l’avenir de pans entiers du territoire agricole gersois et de l’image même de notre beau département. »

L’industrie : « Le Gers doit prendre sa place dans l’économie de demain »

« Je me réjouis que les intercommunalités du Grand-Auch et d’Arros-Astarac soient entrées dans le dispositif Territoires d’industrie. J’ai toujours pensé que le Gers tout en soutenant ses entreprises existantes devait prendre sa place dans l’économie de demain. Il s’agit de penser cette économie dans le cadre de la transition écologique dont le déploiement est amorcé. J’espère que le plus vite possible l’ensemble des intercommunalités pourront s’inscrire dans cette démarche initiée avec succès il y a quelques années par le pays Porte de Gascogne. »

L’stabilité : « Notre pays est dans une situation difficile »

« J’ai voté les textes relatifs à l’accélération des énergies renouvelables et au nouveau nucléaire. En matière de production d’électricité, notre pays est dans une situation difficile. Nous avons perdu beaucoup de temps. Il nous faut augmenter nos capacités de production en même temps que nous devons développer la sobriété et l’efficacité énergétique. C’est un des aspects majeurs de la transition écologique. Les intentions sont là et la mise en pratique sera décisive. Cela va donner lieu à une planification territoriale impliquant directement l’État et l’ensemble des collectivités locales. Je suivrai en tant que sénateur tout particulièrement ce déploiement. »

Comments are closed.