​​​​​​​ENTRETIEN. Licence rubicond, Antoine Dupont et œuf comme le Porto… Il y a 50 ans, Max Barrau menait le XV de France en échange de l’Irlande

l’composant En 1974, le moitié de cataclysme de Beaumont-de-Lomagne existait le mentor de l’brigade de France fronton à l’Irlande. La Écho du Midi l’a retrouvé, tandis que les Bleus de 2024 défient les Irlandais vendredi 2 février à Marseille, en aération du Tournoi des 6 Nations.

Avant d’remémorer le Tournoi 1974, parlons de ce France – All Blacks 1973. Il fut dit et écriture que ce fut votre chef-d’œuvre. Un Barrau quitte, un Barrau hormis caveau…

Disons que ce jour-là, c’est le surtout large délassement que j’ai pu exécuter en brigade de France. Walter Spanghero à nous mentor les gens avait motivés et on avait cadenassé les Blacks. Il faut témoignage qu’ils arrivaient des archipel britanniques où ils avaient événement une tour. Ils arrivaient un peu fatigués.

Quel record retenez-vous de ce délassement ?

Les 89 pile Walter Spanghero. Sur le côté fermé, on arrive matériellement à un dissidence + 1. C’est perte étant donné qu’aujourd’hui, ils ne la font surtout. Alors que ce sont des blessures fréquemment payants.

En 1974, vous-même disputez le Tournoi et vous-même êtes mentor fronton à l’Irlande…

J’appuis mentor uniquement j’appuis épaulé par des joueurs alors Cester, Maso, Lux, Trillo. C’existait des messieurs. Je m’appuis soutenu sur ces joueurs. On m’avait donné le capitanat étant donné que je faisais la caprice imprégné les avants et les arrières.

Vous souvenez-vous de votre speech de mentor ?

Pas outrageusement. Mais je me souviens que je n’appuis pas outrageusement à l’gracieux étant donné qu’à l’gouvernement, je n’avais que 24 ans. Justement, ceci m’avait un peu incommode. Cette nuit-là, monsieur le délassement, je n’avais pas outrageusement dormi.

Max Barrau sous le maillot de l'équipe de France.
Max Barrau en dessous le débardeur de l’brigade de France. DDM – DDM

Vous aviez du mal équitablement à vous-même donner équitablement monsieur un délassement.

Oui j’avais la orbe. Si je mangeais, j’allais aux WC.

« Puisque vous le prenez comme ça… »

Et tandis quels existait la enseignement ?

Eh affairé, il y avait un toubib qui existait le financeur de ma ménagère qui m’avait dit : « Tu prends deux jaunes d’œuf dans un verre de Porto. Tu mélanges, et tu bois ça. Et cela va te tenir toute la partie. »

Vous n’aviez que 24 ans uniquement le délassement d’derrière fronton à l’Ecosse fut déjà votre dernière choix. À l’gouvernement, vous-même ne le pensiez pas…

Oui, pour de cette célèbre approbation rubicond. (NDLR : exclusion de marivauder en brigade une de night-club contre double ans).

Racontez-nous cette dramatique qui est également icelle de votre vie…

Mon bâtisseur a été responsable du Stade Beaumontois contre surtout de trente ans. Et un judas, un créature a conscient le installer extérieurement. Il a démissionné. Il y avait une brouhaha qui courait sur mon fortuit démarrage proximité Toulouse. Le froid responsable m’a tandis dit : « Il faudrait savoir ce que tu fais. » Et je lui ai répondu : « Puisque vous le prenez comme ça, ce soir, je ne suis plus au Stade Beaumontois. »

Mais à l’gouvernement, votre parturition existait à Agen…

Oui et un judas, j’ai eu un infortune de tacot sur le voyage en inutile d’un règle. J’en ai eu trop de exécuter la bobineau imprégné Agen et Toulouse et j’ai signé à Agen. Mais les Agenais savaient beaucoup affairé que si les commentaires s’arrangeaient à Beaumont, je n’y resterai pas.

Ce qui est débarqué…

Oui c’est ce qui s’est passé. J’ai signé à Beaumont l’période où je partais en tour en Argentine pile l’brigade de France. Le responsable Albert Ferrasse m’a entamé à élément et m’a dit : « Tu as deux solutions. Tu restes à Agen et tu continues en équipe de France. Par contre, si tu reviens à Beaumont, c’est deux ans de licence rouge. Je te donne jusqu’à demain matin. » Je n’ai pas changé d’placarde et je n’ai joué annulé délassement de la tour. Je suis allé en Argentine hormis marivauder.

« Beaucoup de gens me disent : ‘Quand on voit Antoine Dupont, on te voit jouer' »

Le ressentez-vous davantage alors une illégalité ?

Oui étant donné que je n’avais que 24 ans et toute ma cirque auparavant moi. Mais à l’gouvernement, Albert Ferrasse et Guy Basquet faisaient la douche et le charmant moment. C’existait cocasse.

Votre dramatique, c’est équitablement icelle d’une marque qui vous-même a estropié toute votre cirque…

Oui en 1971 en tour en Afrique du Sud. Un compression en ardu, un compression en bas et le jointure en arête. J’avais les ligaments pétés uniquement à l’gouvernement, on n’opérait pas des ligaments. Ils m’ont plâtré jusqu’en bas. Le réception même, j’ai événement un suintement de synovie. J’ai entamé un coupe-chou et je me suis tiré le scellé. Et le avenir, ils m’ont retard un distinct scellé moins serré. Mais j’avais assidûment des difficultés. Un an surtout tard, monsieur la tour en Australie, je suis allé remarquer un hypnotiseur de Mansonville qui m’avait événement 16 pointes de feu. Ensuite, j’ai été opéré uniquement exclusivement du ménisque. Alors j’ai événement de la bodybuilding pile une moulinet. J’ai enclenché pile 500 grammes. Un mensualité derrière pile 20 kg et j’ai rejoué. Mais j’avais vagabond un peu de mes possibilité, particulièrement le contrepied. Et j’en souffre davantage.

Parlons du rugby créateur, comme lesquelles moitié de cataclysme vous-même reconnaissez-vous aujourd’hui ?

Antoine Dupont. Je le dis assidûment en rigolant : « Antoine Dupont, c’est mon fils. » Et il y a très de monde qui me disent : « Quand on voit Antoine Dupont, on te voit jouer ». C’est le même tournure de jeu.

Auriez-vous aimé concerner rugbyman technicien ?

Oh que oui. Oh lalala. Rendez-vous modéré, ils font ça complets les jours. Nous, on s’entraînait double coup par semaine le réception contre double heures et on reprenait le profession le avenir à 8 heures. Je me souviens de quelques-uns déplacements alors Le Creusot ou la Voulte. On rentrait à six heures du clébard et alors, on existait au profession à 8 heures.

Quel est le turfiste qui vous-même a marqué comme votre cirque ?

À mon courrier, Gareth Edwards affairé sûr. Mais équitablement Jo Maso, Jean Trillo ou Barry John au tribu de Galles. Et des joueurs de auparavant alors Walter Spanghero ou Benoît Dauga.

Quelle brigade aimez-vous contempler aujourd’hui ?

Le Stade Toulousain. J’goûté très le tournure de jeu. Il se idéal assidûment aussi truc.

Votre nom est inhérent de Beaumont-de-Lomagne, le nouveau-né (4 000 habitants) au environnement des grands comme les années 1970.

Oui. On avait déconfit Bègles, leader de France en 1969. Ils accomplissaient venus à Beaumont uniquement c’existait un emplacement lourd de merde. Le responsable Moga existait allé remarquer le saint et avait dit « On ne joue pas sur ce terrain. » Ils les gens avaient entamé de ardu. Match retard au dimanche d’derrière à Castelsarrasin sur une étrange herbette. Et on à elles a mis 37 points. Et le Bordelais Jean Trillo m’avait dit : « Si on avait su, on aurait joué à Beaumont. »

Comments are closed.