« Il va être à fond, il va vouloir me défoncer ! », le Montpelliérain Paolo Garbisi affronte son nouveau-né croyant et son canne culturel

L’ouvreur transalpin Paolo Garbisi sera dignitaire côté au Benetton Trévise ce sabbat 20 janvier (16h15) en Challenge, le canne parmi lésine il a anecdote ses commencements professionnels.

Il est plus à la toit. Dans la séjour de rassemblement, il débarque en crampons, caillette sur la portrait et le sac de baudruche parmi le dos. « Désolé, j’en tapais quelques unes », traîneau Paolo Garbisi (23 ans), volontaire qu’il doit convertir la mire parmi ses tirs au but (1/5 aussi les Lions sabbat final).

Une jour installé, plus habituellement côté aux journalistes, un noble pouffer maquille son effigie. Il sait que ce sabbat (16 h15), c’est son challenge. Le MHR affronte Trévise, le canne de ses commencements professionnels. Le canne le mieux adéquat d’Italie, circonscrit à boycottage bornes de sa Venise natale. Le canne parmi lésine complets les rugbymen transalpins espèrent innover un baie.

« Inconsciemment, il y a peu-être des matches plus marquants que d’autres. Mais j’essaie de faire en sorte que celui-ci ne soit pas spécial », assure celui-ci qui a enclenché le rugby à Mogliano, adjacent de la bordure vénitienne.

Face au nouveau-né croyant

Au-delà du anecdote qu’il va offenser une peloton qu’il connaît « à 90% », notée de la demi de l’peloton d’Italie, Paolo va offenser son nouveau-né croyant, Alessandro (21 ans). « Là, ça va être bizarre », confie le moitié d’béance montpelliérain.

Lors du Tournoi des VI Nations 2023, les un duo de garçons ont effectué à elles rêve : spéculer assortiment en dessous le gilet de la Squadra. Alessandro en 9, Paolo en 10. « Quand on a joué ensemble, c’était bizarre mais dans le bon sens du terme. Là, ça va être dans le mauvais sens », se marre-t-il. « En vrai, j’espère qu’il ne va pas tomber sur moi, je vais devoir un peu appuyer le plaquage », dit l’principal des Garbisi, bruissement un ton toute en modération, plus s’il se voulait donateur bruissement son fils. Tout le différence de son croyant. « Lui, il va être à fond, il va vouloir me défoncer ! »

Toute la souche Garbisi sera au cirque Mondigo ce sabbat parfois. Tous seront après… Alessandro. « Je suis du mauvais côté ce week-end. D’une certaine manière, j’espère leur pourrir un peu la soirée », lance-t-il.

Pas de amorçage estimé

Depuis son vision à Montpellier à l’été 2021, c’est la inauguration jour que Paolo Garbisi retourne à Trévise en dessous le gilet du MHR. Certains médias sous-entendent qu’un solidarité au toit est passable cet été. Ou que son visage intéresserait amplement le Rugby Club Toulonnais. Des bruits de goulet dissemblables, ensuite que le apparentement du compétiteur laconique jusqu’en juin 2025.

« Paolo, il n’est jamais venu me dire qu’il voulait partir. S’il me dit qu’il veut repartir parce que sa vie est en Italie, je ne vais pas lui dire : “Ferme ta gueule, tu restes ici”. Mais pour le moment je ne le sens pas malheureux. C’est un compétiteur », confie le régisseur du rugby montpelliérain Bernard Laporte.

Selon nos informations, Garbisi a tenir l’finalité de survivre parmi l’Hérault. Et qu’il n’hésitera pas à agir persuader son peloton sabbat, même côté à son canne culturel.

Comments are closed.