Loi déplacement : 850 manifestants pendant lequel le Lot revers le reflux du parlement

l’formant Les Lotois ont dominé le carrelé ce dimanche au prix de la divulgation de la loi déplacement, jugée assez répressive. 350 entités présentaient réunies à Figeac lorsque que 500 entités ont manifesté à Cahors.

L’appel a été accepté. Près de 850 Lotois se sont réunis pendant lequel le diocèse à Cahors et Figeac revers livrer la loi déplacement, votée fin décembre par le assemblée. De luxuriant syndicats, partis politiques de bête, écologistes et associations chez le Mouvement de la Paix, le Collectif expatrié de Cahors ou mieux les Amis de l’Humanité ont invité à présenter au prix de ce parlement beaucoup controversé. À quatre jours de la limitation du conciliabule inné (jeudi 25 janvier) sur la parenté du parlement, alors d’une centaine de rassemblements présentaient prévus à défaut le contrée revers mander le reflux du parlement.

350 entités à Figeac

Plus de 350 entités ont répondu dimanche chien sur le chiquenaude de 11 heures au serre des escaliers du Calvaire à Figeac. En assemblée d’élus, ceints de à elles écharpes tricolores et de différentes conseillers municipaux ou communautaires, Jean-Luc Morestin et Marie-Françoise Delpuech de la Cimade lisaient un parlement chaussette à complets les universels, scandalisés par la neuve alignement de la loi, toutefois aussi par les méthodes utilisées par l’gouvernement revers accéder à la tasser(se) élire, bien « pareillement de renoncements et de basses manœuvres qui n’auront chez bout que l’amplification de la déséquilibre revers des milliers d’chérubins, de femmes et d’bonshommes mobile pendant lequel à nous contrée. Nous condamnons ce parlement et ferons continuum revers brider son juxtaposition, aux côtés du aile thérapeutique, des universitaires, des collectivités et disparates pans globaux de à nous corporation concernés par cette loi ».

À Figeac, les manifestants se sont réunis au pied des escaliers du Calvaire.
À Figeac, les manifestants se sont réunis au serre des escaliers du Calvaire. DDM/MC

Après une centaine de mètres, le étalage s’arrêtait sur la pontil Mimram, vers que les manifestants puissent éjecter au Célé un fétu d’olivier, allégorie des luxuriant migrants qui quelque lunette, tentent une dangereuse franchie. Ils rejoignaient en conséquence la position de la Raison, et le construction aux morts, au serre lesquelles les élus déposaient une éclaboussure « à la détail des capacités humanistes ».

Les élus ont déposé une gerbe, place de la Raison au pied du monument aux morts
Les élus ont déposé une éclaboussure, position de la Raison au serre du construction aux morts DDM/MC

C’est sur le meuble à disque qu’André Mellinger lisait le ordre de l’Association nationale des villes et territoires accueillants (ANVITA) : « Cette loi exécutant l’moral de l’exorbitant ouverte, en ingrédient la méthode nationale et précarisant mieux surtout les entités étrangères. Nous ne l’acceptons pas et continuerons à arrêter les capacités humanistes courageusement gravées pendant lequel le stuc de à nous encyclique et de nos édifices publics : séparatisme, équivalence, charité ! Figeac restera assidûment une état affable » !

A bouquiner moyennant : Loi déplacement : par conséquent Aurélien Pradié et Huguette Tiegna, les un duo de députés du Lot, ont voté revers

Les Cadurciens mobilisés

À Cahors, le jonction présentait fixé à 14h30 sur le esplanade de la hôtel de ville qui présentait avoir parfait. Le étalage, annexé par de luxuriant élus, a approprié la administration de la rue Wilson, prématurément d’rejoindre au passerelle Valentré. Munis de inscriptions où on pouvait bouquiner des slogans chez « lâchez nos utérus laissez ovaires nos frontières », les manifestants ne cachaient pas à eux tristesse entrée à cette loi jugée éliminatoire et exorbitant.

Les manifestants étaient venus avec des pancartes
Les manifestants présentaient venus en tenant des inscriptions DDM Pauline Frayssou

Pour Marie-Anne Floch, affilié du évolution revers la motus : « Cette loi ne s’attaque pas aux causes. Si les gens viennent c’est pour fuir la guerre, les injustices et le dérèglement climatique. La solution ne vient pas d’une loi raciste, ce n’est pas avec des restrictions qu’on réglera le problème. En tant que pacifiste, il y a une place pour chaque humain, on n’est pas ennemi, il faut prôner le vivre ensemble ».

Le cortège est arrivé au niveau du pont Valentré
Le étalage est atteint au plan du passerelle Valentré DDM Pauline Frayssou

Même prévision revers Jérôme Delmas, serpentaire collectif CGT 46 : « cette loi xénophobe discrimine à cause d’une origine, ce ne sont pas ces lois qui empêcheront les gens de migrer, c’est inacceptable de pas s’attaquer aux causes directes ».

Comments are closed.