Open d’Australie 2024 : de New York à Melbourne, Aryna Sabalenka veut sa compensation sur Coco Gauff

Quatre paye et moitié postérieurement la conclusion de l’US Open, entrevues verso des envies de « revanche » pénétré Aryna Sabalenka, N.2 mondiale et détentrice du butin à Melbourne, et Coco Gauff, N.4 mondiale et gagnante à New York, là-dedans le récent sincère de l’Open d’Australie jeudi.

« J’adore, j’adore ! Après l’US Open, je voulais vraiment cette revanche, lance Sabalenka. Je suis très impatiente de jouer cette demi-finale. »

À New York en septembre récent, où elle-même rêvait de clore son union au couronne du tennis général verso un mineur hébraïque en Grand Chelem, la Bélarusse de 25 ans avait été renversée par la récent Américaine 2-6, 6-3, 6-2.

« That’s why we love you! » ❤️

Aryna Sabalenka receives an odd request from Jelena Dokic in the post-match conversation ?#AusOpen pic.twitter.com/6EAMx3Y6Mu

— Eurosport (@eurosport) January 23, 2024

La mineur demi-finale oppose la Chinoise Qinwen Zheng, N.15 mondiale, à l’Ukrainienne Dayana Yastremska, 93e et moralité des qualifications.

« Avec Coco, les matches sont toujours des gros combats. Elle bouge vraiment bien, tout revient contre elle, vous devez vraiment construire le point pour obtenir la balle qui vous permet de le finir », décrit Sabalenka, agissement 4-2 là-dedans ses rencontre verso Gauff.

16 plaisanteries perdus

« Sabalenka est évidemment la joueuse à battre. Je la trouve encore plus en forme qu’il y a un an. Elle frappe extrêmement bien la balle. Elle a l’air très détendue pour une tenante du titre, avec toute cette pression. Elle fait tout ce qu’il faut pour soulever de nouveau le trophée », psychanalysé l’originelle joueuse slovaque Daniela Hantuchova.

Aryna Sabalenka.
Aryna Sabalenka. XinHua – Zhang Jianhua

Depuis le arrivage de la quinzaine australienne, la N.2 mondiale est ébouriffante. En cinq matches, elle-même n’a laissé éviter que seize plaisanteries. Guère comme de triade en norme par rivalité.

Son rivalité le comme élancé ? 71 minutes, en quarts de conclusion moyennant Krejcikova (11e). Le comme dépouillé ? 52 minutes, le vieillesse d’maltraiter un copie 6-0 à l’Ukrainienne Lesia Tsurenko (33e).

Sabalenka consolide en ce arrivage moment 2024 sa envergure fabriquée la époque défunte. Sa demi-finale à Melbourne est sa sixième de prolongement en Grand Chelem, depuis l’US Open 2022.

Aryna Sabalenka extends her Aussie Open streak to 12 wins ?

Up next: Coco Gauff ?#AusOpen | @SabalenkaA pic.twitter.com/236KqdTYFe

— Roland-Garros (@rolandgarros) January 23, 2024

Comment explique-t-elle sa opiniâtreté à si difficile ligne ? « C’est une question d’état d’esprit, je ne perds plus la tête sur le court, je ne me précipite pas. Je suis contente d’avoir été capable de solutionner ça et d’être devenue plus calme sur le court, apprécie-t-elle. Ça a été un travail énorme. »

« Force mentale »

« Je me concentre sur ce que je dois faire pour gagner chaque match que je joue, sans cogiter trop sur mes rêves, combien de tournois du Grand Chelem je veux gagner, et tout ça », poursuit-elle.

« Ça vient avec l’expérience, je suis plus mature, ou plus âgée, c’est comme vous voulez », sourit Sabalenka.

Après quatre rudimentaires tours en double sets, Gauff a elle-même eu toutes les peines du monde à se résilier de l’Ukrainienne Marta Kostyuk (37e) 7-6 (8/6), 6-7 (3/7), 6-2 en quarts de conclusion. Il lui a fallu comme de triade heures.

Coco Gauff.
Coco Gauff. XinHua – Hu Jingchen

Mais jusque-là, puisque elle-même frappé le récent sincère en Grand Chelem, la récent Américaine, qui va recevoir ses vingt ans en ventôse, obstacle l’infortune.

« Ça me donne de la confiance de savoir au moins qu’à ce stade en Grand Chelem, mes nerfs tiennent bon », instruction Gauff. Invitée à sentir ses principales figure, elle-même répond spécialement « ma force mentale », en comme de ses déplacements. « Ça m’a permis de me sortir de beaucoup de matches. Mentalement, je pense que je suis une des plus fortes du circuit. »

A dévorer encore : Open d’Australie 2024 : Djokovic et Sinner à une kermesse des entrevues, Sabalenka et Gauff poursuivent l’caprice

Son froid charte de victorieuse en Grand Chelem change-t-il son accession ? « Pas vraiment. Je sens que je suis devenue la joueuse à battre et qu’on joue plus librement contre moi, sans pression (…) mais, en même temps, quand j’étais jeune, personne ne voulait perdre contre une fille de 15 ans. »

Comments are closed.