« Pacte démocratique » et « cœur invincible » : des vœux aux Sétois en dessous figure de sous-entendus pile le procureur François Commeinhes

Mercredi réception, pile ses vœux aux Sétois, le procureur tenait à les prétendre de sa cinérama. Quitte à engager plusieurs sous-entendus en vue de 2026.

Comme s’il donnait rancard. En aboutissement de son conformiste briefing des vœux 2024, mercredi réception aux Chais des Moulins, François Commeinhes a (re)juré sa tendresse pile la localité lequel il est le procureur depuis 2001. Un convention « guidé par l’amour » de Sète et non « pour assouvir un désir personnel », en même temps que « la seule envie de développer et enrichir notre ville, rendre aux Sétois leur fierté pour Sète ».

Le « pacte démocratique » en même temps que les Sétois

« Je pense y être modestement parvenu », a jugé le procureur, également pile agir le constat de vingt ans d’convention. Et si l’cycle 2024 « aura son lot de surprises », François Commeinhes a retenu, endroit une carrée apogée, à détacher un adresse aux Sétois, en même temps que qui, dit-il, il est lié par « un pacte démocratique ». « Vous m’avez fait confiance à quatre reprises. Cette confiance, je la garde profondément en moi. Je sais que les Sétois sont audacieux et résilients. Ils méritent qu’on se batte pour eux », a lancé le procureur, qui a déroulé son briefing d’une trentaine de minutes sur la terme du ponceau (en certificat au Pont des Arts, froidement mis en grondement, NDLR).

Larges sous-entendus

Certains ont tandis cru que François Commeinhes allait clairement causer… des prochaines élections municipales. S’il n’est pas allé jusque-là, il a retenu à intensifier quel nombre il vivait principalement debout, puis une fin d’cycle exposée par les démêlés judiciaires. Comme un adresse à ses adversaires politiques. « Même s’il faut prendre des coups, peu importe. Auprès de vous, je me régale ! Dans la période que nous traversons, je souhaite que cette confiance nous permette de passer ce pont de façon unie, avec un cœur gros comme ça. C’est un cœur invincible. Je l’ai toujours, je l’ai toujours eu, et je sens qu’il palpite dans cette salle… » « François, 2026 ? », a tandis osé un invité parmi la carrée. Au clavier, le procureur n’a lâché qu’un plaisanter, qui en disait énorme…

Hommage à ses proches

Avant cette oblongue incise sur son dignité municipale semble-t-il réchappée, François Commeinhes avait évoqué combien les charges de procureur réalisaient de puis en puis « à haut risque ». « Moi-même, je n’y échappe pas. Des tags injurieux sur mon domicile, des déjections canines accompagnées de ma photo… C’est difficile à accepter et à expliquer à sa famille et ses petits-enfants. Je rends hommage à mon épouse et aux miens face aux critiques et aux remarques. Moi, j’ai toujours recherché l’équilibre, l’apaisement et l’harmonie. La vraie vie démocratique ne se joue pas dans les invectives et les postures politiques, elle se tient dans un dialogue vrai et sincère avec les habitants. »

Bilan et projets

Entouré de son conciliabule communal, et en assistance du procureur de Montpellier, Michaël Delafosse, en même temps que qui il a régi la “campagne” perdue du montre de Capitale documentaire, François Commeinhes a insisté sur « des finances redressées », « un port relancé », « la réhabilitation du cœur de ville », « la croissance démographique (5 750 habitants gagnés en 20 ans) », « la reconquête des friches industrielles », « l’économie redynamisée », « la plus forte baisse du taux de chômage d’Occitanie (établi à 9,7 %) », ou principalement « l’anticipation sur le défi énergétique »

Nombreux ont donc été les projets présentés, à survenir par l’établissement du débarcadère des Moulins, du esplanade septentrion de la gard et de l’artère Victor-Hugo, le amour estudiantin, le amour vendeur de l’île de Thau, la édification de la carrée Georges-Brassens ou la guérison de l’académie des Beaux-arts. Ça, c’est pile 2024. Mais le procureur a accident aviser qu’il rencontrait entreprenant puis absent…

Comments are closed.