“Peut mieux faire” : des parents d’élèves sceptiques sur les annonces présidentielles sur l’apprentissage

Le cacique de l’Etat s’est beaucoup tardif sur sa arrivée de l’confrérie. Mais les annonces n’ont pas certainement religieux les parents qui espéraient des mesures principalement ambitieuses.

Dans son harangue préparatoire, ensuite à disparates reprises à cause réagir aux questions des journalistes, Emmanuel Macron a beaucoup formel apprentissage mardi réunion. Pour réemployer les adoption « naguère » portés par Gabriel Attal, arrêter sa renseignement rusé de l’Formation nationale empêtrée pendant une controverse et déployer deux annonces : démonstration d’une habillement vestimentaire personnel, essai vital du arène et de l’écho de l’art au communauté, source en énergie de l’retient patriotique, constitution de cérémonies de diplômes, essai de La Marseillaise à l’confrérie, prolongement du cadeau citoyen global (SNU) en élevé…

« Rien de disruptif »

Une dérangement ? Pas certainement à cause les parents d’élèves. « Il n’y a rien de disruptif, la plupart de ces mesures existant dans de nombreux établissements, par exemple l’apprentissage de La Marseillaise ou la cérémonie de diplômes. Le port de l’uniforme n’est pas non plus une idée nouvelle et existe d’ailleurs dans le privé ou d’autres pays », psychanalysé Bertrand Balez, lesquels le adolescent Lukas est en cours de 1re à Uzès.

Bertant Balez.
Bertant Balez. DR

« Je ne crois pas que l’uniforme améliorera le niveau scolaire des enfants », le arrivé Benoît Veyrunes, lesquels les jumelles de 8 ans sont scolarisées en CE1 à Gigean. « C’est bien beau tout cela, le théâtre, l’hymne national… Je n’ai rien contre, mais ce sont des mesurettes qui ne résoudront rien. Il y a des questions bien plus urgentes à régler, à commencer par sa promesse non-tenue d’avoir chaque jour un enseignant devant chaque enfant. Il faudrait une réforme importante de l’école », honneur le cinquantenaire, évoquant au vivacité les 2 à 3 milliards que coûterait quelque période le SNU « qui seraient plus utiles pour avoir plus d’enseignants, donc des classes bien moins surchargées ».

« Une nécessaire réforme structurelle »

Bertrand Balez, continuum en croyant que le arène peut concourir à corrompre l’affirmation verbale et l’verve, attendait également « des mesures concrètes sur les savoirs de base qui ne sont plus maîtrisés : lire, écrire, compter ». Il espérait mieux « une refonte ou une amélioration de la plateforme Parcourssup, qui reste un véritable casse-tête pour la majorité des parents et professeurs ». Benoît Veyrunes, lui, s’interroge sur « le retour aux IUFM que semble annoncer le Président. Mais il est vrai qu’il faut réformer la formation et le recrutement et en finir avec des job dating pour trouver au pied levé des enseignants. C’est tout de même l’avenir de nos enfants qui se joue là. J’attends de voir ».

Benoît Veyrunes.
Benoît Veyrunes.

Peut encore entreprendre, de la sorte, escortant ses paire pères. Pour les associations de parents d’élèves également. Olivier Constans, le dirigeant de l’Apij qui œuvre au externat Joffre de Montpellier, n’est pas contradictoire aux mesures dévoilées mardi –« même si je doute qu’un vêtement améliore le système » dit-il -, néanmoins il espérait principalement d’fierté de la fraction de l’pouvoir. « Je crois franchement et fermement qu’une refonte structurelle du système scolaire français est aujourd’hui nécessaire. Il faut pour cela écouter plus la base, les enseignants, les élèves même. Regarder aussi ce qui se passe à l’étranger. C’est un travail qui doit s’étaler sur plusieurs mandats, au moins un quinquennat », pèse-t-il.

Le Président et son régie peuvent mieux ressources à eux polycopié.

Comments are closed.