Sylvie Ferrer (Nupes): « Quelques bonnes nouvelles nous redonnent de l’espoir », a affirmé la députée alors de ses vœux

l’caractéristique Une soixantaine de entités ont assisté, à Bagnères-de-Bigorre, à la gala des vœux de la députée de la 1re sandjak des Hautes-Pyrénées, Sylvie Ferrer (Nupes).

Si miss a dû apostasier à la gala des vœux l’période dernière (en esprit d’un burn-out), c’est revers assiduité et aspiration que la députée de la 1re sandjak des Hautes-Pyrénées, Sylvie Ferrer (Nupes), s’est transmise, ce sabbat 20 janvier, hall Clair Vallon (Bagnères-de-Bigorre), antérieurement ses convives, lequel des militants de sa racine économie et de diverses organisations uniquement quant à des élus, représentants de la Gendarmerie et du attachement de hôpital de Bagnères-de-Bigorre, responsables associatifs, etc. Des vœux de « bonne santé à tous » qu’miss a complétés revers le analyse de son fonctionnement au mamelon de l’Assemblée Nationale.

« En faisant la rétrospective de l’année 2023, on peut dire qu’elle a été très dense en travail. D’abord au sein de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire au sein de laquelle je siège », a-t-elle confirmé, évoquant trio sujets « qui m’ont tenu à cœur » : la réveil de nos petites plans ferroviaires, lequel la nervure Bagnères-Tarbes-Morcenx, le crédit de l’Etat et le pastoralisme. « Je copréside le groupe d’études qui est consacré à ce sujet à l’Assemblée. C’est une des richesses de la France et de notre département de montagne. Il se heurte aujourd’hui à de nombreuses difficultés. Ici, je pense à la fermeture de l’abattoir qui met à mal un équilibre économique et une consommation de viande locale en circuit court. Son maintien est une nécessité pour les éleveurs mais aussi pour les consommateurs car si on veut pouvoir continuer à consommer de la viande il faut en consommer moins mais surtout mieux en ne l’important pas de Nouvelle-Zélande, d’Argentine ou du Brésil. Par ailleurs, je suis membre des groupes d’études chasse et pêche; forêts filières bois; thermalisme; déserts médicaux et accès aux soins », a-t-elle listé.

Mais la députée a quant à appelé les hétéroclites « combats » menés par sa racine économie: la agité des retraites, la loi exode, le ordre d’résultat, … Pour beaucoup, miss se veut insouciant pardon à « quelques bonnes nouvelles qui nous redonnent de l’espoir ». « Dans les semaines à venir, la France, après le vote par le parlement de la proposition de loi constitutionnelle de la France Insoumise, les parlementaires devraient constitutionnaliser l’IVG. La loi Obono, votée le 30 novembre, va permettre la réouverture des accueils physiques dans les services publics. Messieurs et Mesdames les élus, vous pouvez solliciter nos sénatrices pour que ce texte soit mis à l’ordre du jour du Sénat », a-t-elle conscrit.

Comments are closed.