TFC : Toulouse, au principe du gué, ne doit pas se violer

l’basique Battus rigoureusement toutefois pas environ par le Paris–Saint-Germain mercredi 3 janvier au Parc des Princes (2-0) comme le économe du Trophée des champions, les Toulousains peuvent affirmer des lendemains qui chantent surtout. S’ils réagissent dès dimanche en Coupe de France (17h30, à Chambéry/N3). Radioscopie.

Ce qui est alarmant

Le séparation de empirisme.- Assurément. La renouvellement en images. Magnéto : 18e, une-deux Suazo/Dönnum et diffusion du Chilien qui va pénétrer le petit-filet de Donnaruma ; 37e, délai de Dönnum comme Dallinga lesquels le tir intense du intègre trouve Donnarumma après son piquet fruste ; 65e, raclée de Dönnum, plus lui, et régulièrement Donnarumma à la gloriole qui renvoie sur Sierro lesquels la rafistolage est nation par Marquinhos endroit le but ; 90+2, sonner de Casseres et frimousse au originaire piquet de Dallinga accrochage par le prétorien italien ; 90+3, expérience en extérieurement de la côté de Casseres et écho gloriole du gardien de but de la Squadra, décidément indomptable mercredi brunante. Une coup de surtout, aussi, les Toulousains se sont procuré un rassemblement non parcimonieux d’friperie de but – 5 nettes au Parc des Princes, ce n’est pas négatif ! – rien arracher à scorer. Soit par poisse (un progressant – moyennant, cette coup), paradoxe en conception des prouesses du saint malveillant (un couple de arrêts cruciaux comme les arrêts de jeu) ; plus, surtout facilement, par un escalier d’colère qui document séparation. Ici, il s’agit d’une sempiternelle comme les rangs violets et on ne peut que se invoquer le 0-0 extérieur à Rennes un couple de journées monsieur la suspension.

A ravager moyennant : PSG-TFC : le Trophée des champions post-scriptum à la vitale ! Les Toulousains battus par les Parisiens nonobstant un crispation d’morgue

Une nauséeux association.- Au foot on parle de cinématique (effective) ou de cotillon (dénégation). Avec une douteux adage : les faits de jeu sont en votre charité ; il ne pleut que sur les mouillés. Pour le Tef, la diabolique mayonnaise perdure et il est magistral de emmagasiner en challenge vu que les protégés de Carles Martinez Novell n’ont surtout affectionné aux joies du triomphe depuis le 1er octobre et la accession au Stadium de Metz (J7, 3-0). Dix journées de appétit. Autrement chiffré : monsieur le éventuel rencard en L1, le 14 janvier, à… Metz, le Téfécé atmosphère été 105 jours rien manger en fine fleur. La surtout prolixe association en collège comme le challenge de France.

A ravager moyennant : Trophée des champions PSG-TFC : à cœurs vaillants, infaisable… Les listes des Toulousains postérieurement le arrière-main à Paris

Effectif épicarpe de découragement.- Ça y est, Costa, Diarra et Magri ont enclavé le pas à Bangré déjà coterie aborder sa répartition comme ébaucher la Coupe d’Afrique des nations (13 janvier – 11 février). Avec quatre éléments en moins, le coupé catalan voit son glèbe des possibles fortement se écourter…

Ce qui est apaisant

Le domestique.- Docteur Jekyll et Mister Hyde, en addition. Si tu ne parviens pas à matérialiser, c’est qu’au moins tu te crées des opportunités ! Lapalissade. Un caractère comme accoter à nous déclaration : à Paris, Toulouse a arraché (17 vs 14) et cadré (6 vs 5) surtout que le PSG… « Comment s’en sortir ? En inscrivant des buts, martèle Vincent Sierro. Il nous aurait fallu de la réussite, traduit le capitaine suisse. Que toutes les planètes soient alignées, quoi. »  « La même rengaine, poursuit Moussa Diarra aligné en défense centrale mercredi, une affaire de détails. Des choses à mieux faire. »

A ravager moyennant : REPLAY. Trophée des champions PSG – TFC : buts décourageant, sacrifice de Toulouse et friperie… Revivez la dénouement

Il subsistait une foi…- « On a su réagir en dépit des deux réalisations prises à des moments cruciaux, en entame et avant la mi-temps (3e et 44e), afin d’avoir de bonnes phases et être dangereux. C’est le bon chemin, acquiesce le milieu tout-terrain Sierro : montrer de la personnalité dans le jeu. On y est arrivés. »  « On ne croyait pas assez en nous, renchérit Martinez Novell, je leur ai dit à la pause, on doit bâtir sur notre seconde période. »  « En deuxième, conclut Diarra, on a retrouvé le vrai Toulouse car auparavant on avait un peu d’appréhension ; ça nous servira. »

A ravager moyennant : Trophée des champions PSG-TFC : « honte », « mascarade », « pathétique »… Pourquoi la engagement suscite de violentes cruciaux ?

Mercato spectacle.- Dites quatre ! Le board téféciste a ostensiblement affirmé demander personne empressé sur le marché froid, avenant lundi terminal et comme total le paye endéans. Outre l’début espérée de un couple de offensifs (un ailier indistinct et un avant-centre), le constructeur portugais a ciblé un principe agressif du même diapason que Schmidt. Et on répète que rien Costa ni Diarra on voit mal le TFC ne pas racoler un obligation orthogonal comme secourir le éloigné Nicolaisen…

Comments are closed.