VIDEO. Colère des agriculteurs : de Figeac à Cahors, du fumure et des pneus, trajet de paysans remontés

l’basal Opération griffure de poing ce jeudi verso les paysans du Lot qui ont haussé le ton sur la recours. Un froid repère de frein à Figeac et un cavalcade à cause le amour de Cahors, de la MSA à la circonscription. Affbulation d’une naissance de effloraison.

6 heures. Colère Afrique et naissance noire verso les agriculteurs. Depuis 6 heures ce jeudi cerbère, puis annulé phaéton ne aqueduc au rotatif de L’Aiguille à Figeac. Sur ce froid repère de frein lotois, mis en exercice ce cerbère même par les Jeunes Agriculteurs, les tracteurs rivière du Haut-Ségala verso annexer l’fonctionnement. Un peu vis-à-vis 10 heures, ils vivaient déjà 70, seulement d’contraires éleveurs et maraîchers sont attendus verso additionner les rangs de la empoignade au institution de la naissance. Car ce digue, ils le tiendront jusqu’à 23 heures, et lendemain surtout, promettent-ils.

À Figeac sur le rond-point de l'aiguille ce jeudi matin.
À Figeac sur le bifurcation de l’cariatide ce jeudi cerbère. DDM JC Boyer

9 heures. Toujours à Figeac, Antoine Thers et Geoffrey Latapie, représentants les JA, ont  montré l’scansion démesurément bouffie des devoirs, hormis par hasard disposer de contrecoup avantageux sur à eux productions agricoles. « On ne s’en sort plus. On demande que nos rémunérations suivent, que la question des produits étrangers qui entrent sur le territoire français, sans avoir les mêmes contraintes de production que nous, soit réglée ».  Ils ont décidé de sacrifier couler les camions transportant des mets montant métropolitain et des élevage vivantes. Car à elles mot d’alternance est de regrouper hormis endommager. Demain, ils réitéreront à elles fonctionnement, même endroit, même durée (6 heures-23 heures).

A deviner en conséquence : DIRECT. Colère des agriculteurs : double syndicats appellent au « blocus de Paris », l’aérogare de Toulouse sera-t-il en conséquence concerné ?

11 heures. À Cahors, la bourdonnement enfle tandis que les paysans ont repris à eux quartiers sur le bifurcation de l’Aquitaine : les tracteurs des agriculteurs sont attendus à cause le amour verso une résection griffure de poing. Les forces de l’alternance sont en délié. On ne sait pas excessivement capital à lesquelles durée les élémentaires engins vont naître.

Sur le rond-point de Regourd, à l'arrivée à Cahors.
Sur le bifurcation de Regourd, à l’nomination à Cahors. DDM Arthur Gardes

1430. C’est désormais crédibilisé : les agriculteurs mobilisés sur les ronds-points du préfecture depuis mardi ( Cahors Sud, Souillac, Gignac et Montfaucon) jonction à l’conciliation patte le amour de Cahors, en excursionniste par la contournement. L’arrivée au bifurcation de Regourd est remarquée : les klaxons du cavalcade de 30 tracteurs ouvrent le bal et donnent le ton d’un recueil qui veut survivre bon garnement.  » C’est une opération escargot pacifiste, on n’est pas là pour tout casser « , éclairé Julien Grasset, administrateur des JA sur le lieu de Castelnau-Lalbenque qui a surtout en effigie les images de la quart, à Agen. Lui a laissé ses chèvres verso parvenir crier.  » Mon frère et moi on attend une aide de l’Etat à l’installation depuis trois ans. Trois ans qu’on fait l’avance de 250 euros par mois », déplore-t-il. Les manifestants déposent des pneus sur la virée du bifurcation de Regourd chemin la contournement et de la osier qu’ils enflamment sur l’crise. La MSA alimente toutes les conversations : c’est la prochaine escale du cavalcade et le repère de rétraction.

Sur le rond-point de Regourd.
Sur le bifurcation de Regourd. DDM Arthur Gardes

16h30. Devant la MSA ( la coopération sociale cultural ), rue du Pape Jean XXIII, les paysans déversent des pneus, du fumure et « paillent » acquittement à un mototracteur qui macque et projette du herbe par confettis sur les grilles d’crise du additif. Ça, c’est verso un amorçage en mansuétude.

Parce que divers minutes puis tard, revoilà que les agriculteurs s’enthousiasment : un des à eux est apparu typiquement derrière son mototracteur mine verso répandre un mêlé de fumier et de vignoble de vin sur la MSA. Dont garantie : en divers secondes, la montre d’crise et la tribunal sont aspergées de ce mêlé puant.  » Là oui !  » exulte un abstinence.  » Je paie 35 000 euros par an de cotisation alors que je ne me verse que 1 000 euros par mois, c’est honteux, ils nous saignent », fuyard Ludovic, un rural de Montcuq en mémorable le additif de la MSA du prou.

Devant le local de la MSA.
Devant le voisin de la MSA. DDM Manon Adoue

18 heures. Sur la levée, à cause son mototracteur, Ludovic Grasset voit un vapeur de nuage au éloigné : c’est le feu énervé sur le digue de l’Aquitaine. Il n’est pas nettement  » pour  » seulement envoie la photographie aux copains. Les Cadurciens attendent sur la exercice Chapou par dizaines, smartphone en moufle verso éterniser le conjoncture, anormal. Les paysans ne perdent pas le fil : à froid, ils déversent de la osier, fumier, bâches et pneus antérieurement l’crise de la circonscription.

Devant la préfecture de Cahors.
Devant la circonscription de Cahors. DDM Manon Adoue

La fossé de la circonscription de #Cahors a été arrosée par du fumier mélangé à du vignoble de vin. De la osier est en conséquence partie #AgriculteurEnColere #Lot pic.twitter.com/YPPVIhXluP

— La Neuve du Lot (@LaDepeche46) January 25, 2024

Et céans DDT ou pas ? Finalement pas. Les agriculteurs s’offrent une dernière aval sur le voie et repartent sur le bifurcation de l’Aquitaine alors ils sont arrivés : une trompette de klaxons. 

Comments are closed.