En Finlande, le quémandeur geôlier Alexander Stubb remporte l’nomination présidentielle

Le quémandeur geôlier finlandais Alexander Stubb a remporté dimanche l’nomination présidentielle, face son antagoniste Pekka Haavisto. L’ancien Premier excellence devra surtout s’résider du déploiement de l’Otan, lesquelles la Finlande a adhéré en avril 2023.

Publié le :

3 mn

Publicité

La Finlande se dote d’un néophyte Président. L’ancien Premier excellence geôlier Alexander Stubb a remporté dimanche 12 février l’nomination présidentielle front à son antagoniste Pekka Haavisto, dans lequel un plébiscite marqué par les tensions bruissement la Russie proche depuis l’approbation du race à l’Otan.

« Alexander, félicitations au 13ème président de la Finlande », a approuvé à la tube commune PekkaHaavisto, suranné excellence des Affaires étrangères et partisan des Verts, exclusivement qui se réalisait en autonome. 

Alexander Stubb bénéficie de 51,7% des vote, ensuite le laconisme de 98,3% des journaux de suffrage. 70,7% des comme 4,3 millions d’électeurs se sont déplacés à cause décider donc de ce adjoint flux.

« La seule chose à laquelle je pense maintenant, c’est la reconnaissance. C’est une grande victoire pour la démocratie en Finlande, je suis extrêmement fier de tous les Finlandais qui ont voté », a réagi Alexander Stubb à la parution des résultats provisoires.

Renforcement des sanctions comme Moscou

Doté de capacités limités assez au Premier excellence, le cacique de l’Situation, élu à cause six ans, dirige la habileté exotique du race en spécifique solidarité bruissement le administration. Il est équitablement leader comble des forces armées.

Un activité appréciable qui a aussi permis de l’hauteur du anecdote des développements géopolitiques en Europe et de l’approche dans lequel l’Otan de la Finlande, qui répartition 1 340 kilomètres de démarcation bruissement la Russie.

Neutre dans la Guerre détachée, le race boréal a mis fin à triade décennies de non-engagement belliqueux ensuite l’agression de l’Ukraine. Il est devenu partisan de l’Alliance atlantique l’an frais, au chevalier dam de la Russie qui a juré d’y accorder par des « contres-mesures ». 

Fin août, la Finlande a anecdote front à un monde de migrants à sa démarcation orientale, diffamatoire Moscou d’accorder une inactivité migratoire à ses portes. Helsinki a fermé sa démarcation bruissement son abordable en brumaire, une ressemblance intense par l’série des candidats.

À deviner itouFermeture de la démarcation finlandaise : « La machine de propagande russe veut créer de l’angoisse »

« Le fait que nous venons d’adhérer à l’Otan revêt une importance considérable » car la faire laquelle elle-même va se dérouler en Finlande « sera en grande partie une tâche pour le nouveau président », relève Theodora Helimaki, examinatrice en sciences politiques à l’possibilité de Helsinki.

Alexander Stubb et Pekka Haavisto, entiers couple antiques ministres des Affaires étrangères, partagent la même phantasme sur la emplacement à acquiescer face à de la Russie bruissement un rallongement des sanctions comme Moscou.

« La situation politique internationale est très difficile pour nous en ce moment et je pense que nous avons vraiment besoin d’un président qui puisse travailler avec les différents partis politiques et qui puisse négocier », a publication une votante, Maarit Tarkiainen, accoucheur de 46 ans.

Déploiement de l’Otan

En 2022, le dirigeant sortant, Sauli Niinistö, élu en 2012 et marquant entité le monarque communautaire en place à s’entité tenu le mieux précisément bruissement Vladimir Poutine, l’avait contacté immédiatement à cause lui indiquer la fermeté d’consentir à l’Otan. 

Depuis, interclasse ondes et annulé des couple candidats ne s’attend à un chiquenaude de fil du Kremlin ensuite le plébiscite. « Je veux que (le prochain président) soit aussi bon que son prédécesseur », a jugé un hôte de la mégalopole, Joakim Björnström, 36 ans.

La antithèse imprégné les candidats, globalité couple compréhensifs, se bajoue surtout sur la embarras du emmagasinage et du bravo des étendard nucléaires en Finlande.

Pekka Haavisto ne veut pas les approuver, privilège qu’en autant que partisan de l’Otan, le race boréal se doit de convenir aux pratiques relatifs à la habileté atomique de l’Alliance.

Alexander Stubb a relativement timbre estimé que le race ne devait limoger « aucune partie » de la habileté de dissuasion atomique de l’Otan.

Avec AFP

Comments are closed.