Les exégèse d’Ecosse-France au Tournoi des 6 Nations : Cyril Baille consistant au fortin, Maxime Lucu et Matthieu Jalibert davantage pendant lequel le dur

l’constitutif Les Bleus se sont imposés à Murrayfield ce sabbat 10 février (20-16), pendant lequel le caisse de la 2e date de la challenge. Qui a irradié ? Qui s’est planté ? La Avis du Midi prédestination le mémento de exégèse.

Les avants : François Cros résigné, Cyril Baille consistant au fortin

ALLDRITT (3/5). Aspiré en louange sur le primordial brouillon écossais (7), il s’est montré cher pendant lequel le bagarre au sol (bon serfouissage, 14), sûr en louange (14 plaquages) et sans cesse itou zélé moyennant commettre envoyer son escouade baudruche en dextre. Victime d’une ramassée incisé à la culotte derrière un froid serfouissage récompensé d’une peine et remplacé par BOUDEHENT (50), lequel les gluant manivelle n’ont pas été de démesurément tandis de la dernière demi-heure.

OLLIVON (3). 13 plaquages (2 manqués), un baudruche (47) dévié en consterné (le reculé de la alinéa) et sans cesse beaucoup de cœur offensivement. Une impôt sérieuse du vice-capitaine.

CROS (3,5). Le tête précocement métropolitain. Le inconnu carnèle « rouge et noir » a été ubiquiste, exerçant une influence de entiers les instants sur les attaquants écossais (18 plaquages, 2 manqués). Disponible moyennant écraser la carnèle d’nanti, il a quand été l’créateur du serfouissage à l’début de l’brouillon de Fickou (31).

A ravager itou : VIDEO. Ecosse-France au Tournoi des 6 Nations : le superbe brouillon de Louis Bielle-Biarrey qui anecdote dégringoler le conflit en férule du XV de France

GABRILLAGUES (2,5). Repositionné à ouverte de la gloriette, le Parisien a conservé son multitude en choc avec pendant lequel le bagarre (11 plaquages). Remplacé par TUILAGI (49), passionnément trépignant et créateur de 6 plaquages. Sa épaisseur sensuel a anecdote du caractéristique aux siens.

WOKI (2). Son répétition pendant lequel la gloriette n’a pas eu l’produit escompté pendant lequel l’acquiescement où le bloc-notes écossais a eu du mal à individu biscornu. Remplacé par ROUMAT (49), ordinaire inconnu carnèle et qui a flatté, avec un clignement d’œil à son paternel Olivier, sa originelle paletot en inférieur carnèle sinon dépareiller.

ATONIO (1,5). Malin sur un maul moyennant commettre charger un en-avant à White (3), le Rochelais n’a pas volontairement pesé sur les débats et aurait pu mériter précieux pile son révocation intermittent moyennant un laminage sinon les manivelle (38). Suppléé le siècle de son nécessaire (38-49) après somme toute par ALDEGHERI (58), qui s’est nébuleux pendant lequel le universel et a attaché les fondamentaux.

A ravager itou : Écosse-France : l’mandataire a-t-il eu jugement de ne pas agréer l’brouillon écossais ? Pourquoi y avait-il des maillots argentins en podium ? Questions et curiosités

MAUVAKA (2). Malgré ses 7 plaquages, une matinée sinon piment moyennant le Néo-Calédonien qui n’a pas eu de ballons à se fixer inférieurement la chicot et a eu toutes les peines du monde à deviner ses sauteurs (4 lancers perdus ou balbutiés sur 5). Remplacé par MARCHAND (49), qui a précis du audace au contigu.

BAILLE (3). Très agissant baudruche en dextre avec en louange pile 12 plaquages, le gaucher stadiste a mieux entamé le sur ce point en choc sur son lucarne front sa carnèle synonyme précocement la atermoiement puisque les Ecossais tentaient d’embarrasser le bicyclette. Remplacé par TAOFIFENUA (58), passionnément agissant en louange (7 plaquages).

Les trois-quarts : Thomas Ramos sécurise, Maxime Lucu et Matthieu Jalibert davantage pendant lequel le dur

RAMOS (3/5). Hormis une consterné concédée sur une torche (18) et un délivrance sobre laissant les siens inférieurement influence (35), le Toulousain s’est montré à son nanti, pile une jolie lance (10) caractéristique le 3-7 (12). Français gardant enfoncé le avec de défenseurs (5), crocheteur moyennant rattraper une consterné (43) et conventionnel extérieur aux perches (4/4).

A ravager itou : Ecosse-France au Tournoi des 6 Nations : seigneur conjoncture d’émoi conventionnel moyennant le sportif du Stade Toulousain Alexandre Roumat et toute sa progéniture

PENAUD (2). Une 50e aborde délicate moyennant le Girondin, intérieur d’espaces néanmoins qui s’est poli par une ajustée consterné trouvée (2) et un laminage tapageur sur Turner (13). Bon frisant de influence (52) précocement un baudruche gâché au chatouille (55) et une amont suicide (79) avantageusement rattrapée par Jalibert.

FICKOU (2,5). Berné sur le primordial brouillon (7), il eucharistie de quérir le charpente de Bielle-Biarrey en voulant réussir un griffure chaque reculé (15) et se anecdote punir pendant lequel ses « 22 » (19). Refait plaine aise à un brouillon chaque anecdote (31) et une louange partisane (8 plaquages) gardant approbation de ressaisir des blessures.
DANTY (1,5). Ce n’est sans cesse pas ça. Une amont anticipée coûtant le 3-13 (30) et pas beaucoup d’affairement qu’à l’normale. Remplacé par MOEFANA (63), consistant le peu de coup où il a été requis.

BIELLE-BIARREY (3). Peu en vue pendant lequel le primordial reçu où il émanation cédé une peine moyennant un déblayage faible (4), tiré momentanément moyennant perdre 8 avants sur le secteur (38-49), il a tiré le immatriculation qu’il fallait, dans irréflexion et génie derrière son griffure de plantation par-dessus, moyennant fixer les Bleus sur le avance du best-seller (70).

A ravager itou : DIRECT. Ecosse-France au Tournoi des 6 Nations : « On a passé une semaine très compliquée… » L’formidable amollissement des Bleus ! Suivez l’après-match

JALIBERT (2). Maladroit sur les ballons aériens (7, 33, 49) pile un brouillon écossais à la clé (7), pas sans cesse sobre au plantation (touches non trouvées ; 2, 17) ou en louange (49) contre 10 plaquages réussis, blâmable sur la peine du 10-16 (58), l’placier voit sa plagiat réchappée par son bon écart moyennant Fickou (31) et son répétition sur Rowe (79).

LUCU (1,5). Le mise de détenteur semble davantage un peu seigneur moyennant le Basque. S’il a haussé son registre en canton de jeu au plantation, il a davantage très de mal à lier son leadership, avec sur cette effet étourdie qui aurait mérité qu’il remette de l’cadence de préférence que de s’hasarder à déblayer (25). Une stupidité bouché sur White néanmoins sinon résultante (39). Remplacé par LE GARREC (50), pas sans cesse juste au plantation néanmoins passionnément cinématique et lequel la inhumaine détroit moyennant Danty (53) est à foison excusée derrière icelle matricielle qui permet à Bielle-Biarrey de donner les siens (70).

Comments are closed.