Ligue des champions : Naples broche le Barça, le FC Porto automobile les ailes d’Arsenal

Naples a délié en fiasco le FC Barcelone (1-1), mercredi en 8e de dénouement essayer de la Ligue des champions, et soutenu des raisons d’aspirer. De son côté, le FC Porto a coupé les ailes d’Arsenal (1-0) plus un but à cause le siècle accessoire.

Publicité

Le virtuose garanti n’a pas eu position, pas mieux que la déroute redoutée : quarante-huit heures subséquemment garder engagement son tiers présentateur de la moment, Naples a acte jeu homologue plus le FC Barcelone (1-1) en 8e de dénouement essayer de la Ligue des champions, mercredi 21 février.

Nommé lundi brune en changement de Walter Mazzarri, qui avait lui même succédé à Rudi Garcia mi-novembre, Francesco Calzona n’a eu que couple séances d’spécimen revers croquer ce charge aux allures de dernière occasion revers le Napoli, distancé en compétition (9e à 27 points de l’Inter) et éloigné de la Coupe d’Italie.

Les trente premières minutes n’ont pas dû apaiser le spécialiste transalpin qui, entraîneur-adjoint du Napoli imprégné 2015 et 2018, après en 2021-22, a retrouvé un canne éloigné d’concerner actif face son évident plus sept défaites toutes compétitions confondues cette moment à logis.

Son ramassis a d’alentours été clairement dominée par le Barça, léger à cause entiers les domaines. Le crack d’Espagne en armes a mis d’acceptation Naples en dessous appui plus couple tentatives sinon pénible (4e et 8e) du phénomène Lamine Yamal, devenu à 16 ans et 223 jours le mieux privation ludique de l’nouvelle de la C1 à discourir un rivalité à révocation claire.

Mais ce sont les vénérables Robert Lewandowski, 35 ans, et Ilkay Gündogan, 33 ans, qui ont carrément acte bourdonner contusion sur contusion les mieux de 50 000 audience du période Diego-Armando-Maradona. Le Polonais, foncièrement lancé par Joao Cancelo à cause la piémont de correctif napolitaine, a personnel sur Alex Meret (21e), comme que son équipier ottoman a avorté ébahir le cerbère transalpin de éloigné sur l’procédure suivante.

Retour réputé revers Osimhen

Sevré de sphère pour la vainqueur demi-heure, le Napoli a achevé par tirer de sa vrille et à repartir crédulité, jusqu’à détourner le sphère à des Catalans immédiatement éteints.

L'attaquant portugais de Barcelone Joao Felix (à gauche) et le défenseur kosovar de Naples Amir Rrahmani lors du match nul en 8e de finale aller de la Ligue des champions au stade Diego-Armando-Maradona de Naples le 21 février 2024
L’attaquant hispanique de Barcelone Joao Felix (à rustre) et le champion.intercessuer kosovar de Naples Amir Rrahmani donc du rivalité nul en 8e de dénouement essayer de la Ligue des champions au période Diego-Armando-Maradona de Naples le 21 février 2024 © Filippo MONTEFORTE / AFP

Les champions d’Italie ont engagé à présager Victor Osimhen qui, de correspondance de la Coupe d’Afrique des nations, disputait son préalable rivalité en dessous le tee-shirt azzurro depuis le 23 décembre. Le « buteur masqué » nigérian n’a par hasard été en exposition de détacher au but, seulement a redonné attente aux supporter napolitains à cause le préalable commission.

Un attente intensément douché au correspondance des placard s: le Barça a repris le maîtrise du sphère, une prestige concrétisée à la 60e seconde par Lewandowski qui, livré à cause la piémont par Pedri, a marqué son cinquième but en quatre matches.

Alors qu’il allait concerner remplacé, Osimhen, anémié, a ajourné les couple équipes dos à dos, cultivant au principalement un contusion de crampe des Catalans. Sur une terminé d’André-Frank Zambo Anguissa à cause la piémont, le Nigérian a emmanché le amélioré sur son champion.intercessuer et marqué le but de l’attente revers le Napoli (75e).

L'attaquant nigérian de Naples Victor Osimhen contrôle le ballon lors du match nul contre Barcelone en 8e de finale aller de la Ligue des champions au stade Diego-Armando-Maradona de Naples le 21 février 2024
L’attaquant nigérian de Naples Victor Osimhen maîtrise le sphère donc du rivalité nul parce que Barcelone en 8e de dénouement essayer de la Ligue des champions au période Diego-Armando-Maradona de Naples le 21 février 2024 © Tiziana FABI / AFP

À l’fiction de sa fin de vainqueur époque, le Barça a aventurier ergot et montré à toute l’Europe pour il pointait à la tiers établi de la Liga, à huit points du Real Madrid. C’est Naples qui a le principalement achevé et qui aurait pu s’commander lorsqu’Anguissa a raté de peu le baguette de la grand (85e), même si Gündogan a vu sa confondu coudoyer le pilier à cause le siècle accessoire.

Les Napolitains peuvent concerner soulagés seulement ils auront un sacré enjeu à orner au rivalité correspondance le 12 ventôse à Barcelone : en cinq confrontations européennes, ils n’ont généralement pas passant le Barça.

Arsenal touché, torpillé à Porto à cause le siècle accessoire

Dans l’étrange huitième de dénouement essayer, le FC Porto, dissident en bouclier et aiguisé en débuté, a coupé les ailes d’Arsenal (1-0) plus un but étonnant de Galeno à cause le siècle accessoire.

Le canne hispanique emmené par le passé Pepe a donné une agréable semonce d’modestie et d’effet à l’ramassis de Mikel Arteta qui, en humeur de son défaut d’contrôle en Ligue des champions, commençait déjà à dialoguer de Wembley, occupant de la dénouement. « Le frein à main était un peu trop serré. Était-ce de l’inexpérience ? », s’est interrogé l’antique champion.intercessuer d’Arsenal, Martin Keown, à l’infirmerie de TNT Sports.

Le canne anglo-saxon, plus ses jeunes Declan Rice et Bukayo Saka en porte-enseigne, devra tasser(se) mieux, et principalement, le 12 ventôse à cause son Emirates du boréal de Londres revers rejoindre les quarts de dénouement, quatorze ans subséquemment les derniers disputés.

Les « Gunners » sont nonobstant arrivés au Stadio do Dragao escortés par cinq victoires consécutives, plus 21 buts inscrits par une débuté totalité feu totalité béguin, et alors une crédulité au firmament. 

Mais l’variation de registre qui sépare divers clubs de Premier League, alors les dernières victimes West Ham (6-0) et Burnley (5-0), et un canne alors le FC Porto, chevronné aux joutes continentales, s’est éprouvé trop abondant mercredi.

Galeno, hospice

Le tiers du compétition hispanique possède autant une approvisionné menaçant plus Galeno, son ailier rustre indien de 26 ans, générateur d’une éblouissant confondu enroulée de l’maintien de la piémont au repère du siècle accessoire (90e+4). En arrivée de rivalité, c’est déjà lui qui s’voyait glissé face William Saliba, excessivement malin, revers acheminer un sphère sur le pilier de David Raya, déjà désuet (21e).

Galeno s’épanouit lorsque la enregistrement de la Ligue des champions retentit. Ils récapitulation désormais cinq buts et trio passes décisives à cause cette belles-lettres 2023-2024.

Dans le bivouac d’consciemment, ni Bukayo Saka, ni Gabriel Martinelli n’ont article à elles étincelles habituelles sur les côtés. Et Kai Havertz, fonctionnaire alors avant-centre, n’a pas donné abondamment mieux de sueurs froides à l’queue lusitanienne. « Nous n’avons pas été assez menaçants, nous avons manqué d’agressivité », apparence à une ramassis de appendice « très bien organisée défensivement », a exact Mikel Arteta.

Ce fiasco in extremis réveille de odieux biographie revers les supporters d’Arsenal. Lors de ses sept dernières participations en Ligue des champions, l’ramassis londonienne a été éliminée au période des huitièmes de dénouement à quelque coup.

L’histoire peut autant concerner avènement d’attente. La dernière coup qu’Arsenal a affecté les quarts de dénouement, en 2010, c’voyait aux tort du FC Porto. Les « Gunners » d’Arsène Wenger avait emmanché l’eau à l’essayer (revers 2-1), précocement de rouler sur les Portugais au correspondance à Londres (5-0).

Avec AFP

Comments are closed.