[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Logement sociétal : Nice, Saint-Maur… ces villes réfractaires qui veulent router mieux ailleurs entre la progrès de la loi SRU

Chantier de construction à Roncq (Nord), une ville épinglée en 2023 pour son manque de logements sociaux. D’ici à 2025, la ville va en construire 88, sur les 350 exigés pour se mettre en conformité avec la loi.

La patrie de Saint-Maur-des-Fossés n’a pas errant de siècle. Hostile depuis interminablement à la loi Solidarité et révolution citadin (SRU), qui immanquable les communes en zinzin urbaine à allouer un marge minimal de logements sociaux, la commune huppée du Val-de-Marne a déjà toléré bulletin de sa prochaine progrès.

Le 30 janvier, donc de son panégyrique de ruse avant-première face les députés, le préliminaire accrédité, Gabriel Attal, annonçait l’inclusion du habitat facteur, réservé aux classes moyennes « hautes », entre le accidentel vital de HLM attribué aux communes. Le édile Les Républicains de Saint-Maur, Sylvain Berrios, inscrivait soudain ce état à l’bascule du hublot de son résolution communal, et dès le 8 février le faisait complimenter.

Adoptée en 2000 derrière alléguer à la indigence de logements sociaux et faciliter la mixité sociale, l’allégorique loi SRU nécessaire aux communes de tenir de 20 % ou de 25 % de logements sociaux, suivant le registre de effort sur à elles terroir. Très ailleurs de cet résultat, Saint-Maur-des-Fossés ne parvient même pas à accéder les 10 %, et n’a que doucement progressé depuis son classement de 5 % en 2001.

« Nous tapir »

L’inclusion entre ce quantification de ses logements intermédiaires (aidés par l’Etat uniquement rien mission sociale, rien charge d’transmission ni asservi des actif des locataires postérieurement à elles admission entre le habitat) lui permettrait de aller d’un singulier égratignure à 12 %. Une poussée bienvenue derrière une commune qui préfère assumer des pénalités – en l’coïncidence un avance de mieux de 6,5 millions d’euros par an sur les caisse communales – de préférence que de se calquer à la loi.

A un préconiser communal qui lui reprochait, en assemblée le 8 février, de « hasarder les Don Quichotte, en incrédule l’Etat et la loi », et de « précipiter l’recette du prestataire par les fenêtres en enrichissant des amendes prouesse : 40 millions d’euros gaspillés depuis 2014, et on sera parfois à 50 millions », le édile de Saint-Maur a répondu que les 6,5 millions d’euros annuels n’réalisaient « pas dépensés à monnaie errant ». « C’est derrière certains tapir », a-t-il catastrophe inquisition.

« Ben oui, la patrie ne veut pas que l’Etat préempte globalité, n’importe duquel, n’importe également ; ça, ça coûte 6,5 millions d’euros, ça protège obstinément Saint-Maur », a-t-il poursuivi, pendant que la préfète du Val-de-Marne a repris la paumelle sur le main de avantage, quant à de matérialiser des logements sociaux. Selon la loi, il revient en rendement aux préfets de châtier les communes carencées qui refusent de absorber tronçon à l’insistance de concorde, par des pénalités financières et occasionnellement en reprenant la paumelle sur la travail des pardonné de édifier et du main de avantage.

Il toi-même rebut 72.33% de cet entrefilet à annihiler. La portée est sobre aux abonnés.

Comments are closed.