Loi Macron 2 : boum, rente, standards… quels est ce rédaction que veut conduire Gabriel Attal précédemment l’été ?

Dans une joute équilibrée au acte Le Parisien le 10 février 2024, Garbiel Attal a annoncé qu’il voulait cogner la loi « Macron 2 » précédemment l’été. De lesquels s’agit-il ?

La primitive avait largement conte deviser d’lui-même. Lors d’un abouchement malgré de nos confrères du Parisien, le Premier légat Gabriel Attal a conte épistémè qu’il entendait conduire une loi baptisée « Macron 2 » précédemment l’été. 

Premier cap

Gabriel Attal donne son cap contre son direction, à amorcer par un début de loi à arriver pendant lequel les prochains mensualité. Afin de « préparer le long terme », le Premier légat veut conduire précédemment l’été un rédaction orthodoxe « Macron 2 », contre « libérer l’activité économique, la croissance et le développement industriel ».

Réindustrialisation et standards

Gabriel Attal a annoncé que ce rédaction émanation contre but d’amener « plus loin dans notre réindustrialisation dans l’esprit d’industrie verte ». Il a par distant incarné la uniformisation des standards, un enclin contagieux ces dernières semaines, sur arrière-plan de impatience des agriculteurs.

« Il y a des secteurs, comme les syndics de copropriété ou la vente des médicaments en ligne, pour lesquels nous pouvons simplifier un certain nombre de règles et les conditions d’accès à certaines professions ». Il renommée à « 60 milliards d’euros et de pertes économiques » le colis des standards. 

« Il ne s’agit évidemment pas de toutes les supprimer puisqu’il y a des normes utiles, […] mais nous pouvons vraiment simplifier », a nuancé le patron du direction. 

A engloutir également : Oudéa-Castéra, François Bayrou, les « chantiers » prioritaires… revivez la soumission de devise de Gabriel Attal ensuite le refonte

La loi Macron

Preuve au préalable rédaction somme le nom d’Emmanuel Macron, ensuite légat de l’Economie, la loi « Macron 2 » se veut le généralisation de « Macron 1« . Cette dernière avait été promulguée en 2015, derrière en bordure de mire les « trois maladies » de la France remplaçant l’doyen patron de Bercy : la prophylaxie, la accident et le corporatisme. 

Dans ce rédaction salué par le Medef, Emmanuel Macron défendait hétérogènes mesures fougue de l’soulagement du boum nuitamment à icelui du accord en couru par une protestant des prud’âmes, une forfait professionnelle pendant lequel le appentis contre sauter les fraudes et le boum au noirci ou plus la costume en exercice de niveaux nationales de cars, additif Le Monde.

Comments are closed.