NBA : Wembanyama bande un frais geste et enflamme la linon

Le tempérance Français a achevé un frais triple-double à Toronto. Les Spurs gagnent à frais.

Le Français Victor Wembanyama a achevé un triple-double puis 27 points, 14 rebonds et singulièrement 10 contres, une prospérité incompréhensible, avec soulager les San Antonio Spurs à triturer les Raptors 122 à 99 lundi à Toronto.

Wemby was elite on both ends and dropped a TRIPLE-DOUBLE in the Spurs’ win against the Raptors ?

27 PTS
14 REB
10 BLK

This is the first triple-double INCLUSIVE of blocks since 01/22/21 ? pic.twitter.com/Xy57UqNsA9

— NBA (@NBA) February 13, 2024

Enfoncé chez un transparent émaciation vague puis San Antonio, Victor Wembanyama continue de agir couramment couler la éclat de ses mains de héros (2,24 m), et concrétise les accordailles qui l’escortant avec sa lauréate période NBA. Agé de 20 ans, « Wemby » n’est que le quatrième « rookie » (nouveau) de l’feuilleton de la mariage à arracher un triple-double inclusif 10 contres ou principalement, le préexistant depuis 34 ans.

Le triple-double, parabole avec un basketteur d’un conflit bourré et de volumineux rang, est conquis en ayant principalement de dix unités chez triade domaines statistiques, le principalement journellement les points, les rebonds et les passes. Wembanyama accomplissait devenu le 5e principalement tempérance champion à en procéder un en NBA le 10 janvier devant à Detroit (16 points, 12 rebonds, 10 passes). Le agir puis principalement de 10 contres est considérablement principalement incompréhensible, singulière une trentaine de joueurs peuvent s’en glorifier chez l’feuilleton de la mariage. Le moderne datait de janvier 2021.

« Grand jour »

Au domaine des géants, l’un des grands spécialistes de l’occupation accomplissait le pilier des Spurs David Robinson, drafté en N.1 en 1989, lesquels Wembanyama, N.1 de la draft l’an passé, est l’parent loyal chez la droiture texane.

« L’Amiral » Robinson accomplissait même le moderne « rookie » fondateur d’une équivalente prospérité en 1990, et en a rassemblé inédit en fin de bordure. « Robinson? Je ne l’ai pas vu jouer enfant, c’est plus ancien. Mais avec les Spurs j’ai appris à son propos, regardé des vidéos. C’est un honneur d’avoir mon nom associé au sien », a commenté le tempérance Français. La concile chargée de Wembanyama (équitablement fondateur de 5 passes et 2 interceptions), principal surligneur de la duel, surprend d’également principalement que le Français semblait suffoqué ces dernières semaines, au cœur d’une critique de sept défaites qui s’est entière lundi devant aux Raptors, menés du commencement à la fin, et écrasés par des Spurs préférablement habitués à peiner ce groupe d’humiliations.

« Pour je-ne-sais-quelle raison j’étais dans un grand jour, j’ai commencé fort. C’est la NBA j’imagine, on connaît des hauts et des bas, ce soir c’était un haut », a amusé Wembanyama en assemblée de pilule. Le Français confirme son prescription de principal contreur NBA (3,2 par conflit de norme, 143 au fini), qui lui permet en principalement d’bluffer ses adversaires. « C’est un fait. Mais ça devient plus dur de bloquer des tirs, je dois faire un effort supplémentaire, parce que les joueurs viennent de moins en moins me défier directement. » 

Particulièrement délié (10 sur 14 lesquels 2 sur 4 de absent), « Wemby » n’a pas oublié de agir le écran, comment sur ce édite dunk dessus de Jakob Poeltl, ou puis une fonctionnement à un couple de contres sur Scottie Barnes. Les Texans restent mais célestes derniers de la assemblée Ouest quoique à elles 11e crapette (43 malheur). Ils affrontent Dallas mercredi, devant que Wembanyama ne s’envole avec Indianapolis où il différend le défi des meilleurs jeunes (vendredi) et le concurrence d’aisance (chahut) hors champ du All-Star Game programmé dimanche.

Comments are closed.