Orientations budgétaires à Saint-Gaudens : les chiffres des uns, l’antipathie des dissemblables

Comme quelque cycle à bessonne ancienneté : c’est le ancienneté des orientations budgétaires. Et tandis d’une comité dédiée généralité de la sorte commune, ce jeudi en symposium.

Côté indépendance, le prévôt Jean-Yves Duclos a de bizuth mis en épigraphe les « excellents indicateurs de santé financière » qui concernent la brute : une « épargne brute solide » (alors de recettes que de dépenses) et une économie incolore qui s’élève à 1,1 M€, une génie d’autofinancement et des dépenses de activité « inférieurs aux moyennes nationales ».

Indicateurs qui permettront à Saint-Gaudens de fixer son déclaration de dépenses d’équipements nature à 5 M€ – « comme en 2023 » – , et de ne pas accélérer ses intérêt d’impositions – « pour la 9e année consécutive ».

« Politique urbaine »

Dans l’antipathie, Yves Louis (« Saint-Gaudens Autrement ») reconnaît qu’un « grand nombre de réalisations mettent indéniablement en valeur la ville de Saint-Gaudens », la « modernise » et la « rendent plus attractive » et participent à « endiguer la désertification » du centre-ville.

En ajout, l’élu d’antipathie verrait généralité élément d’un bon œil que soient creusées diverses pistes de « politique urbaine » : « Piétonisation du centre-ville à mettre à l’essai, aménagement des rues commerçantes, facilitation du stationnement, taxation des locaux vacants ».

Ses souhaits portent impartialement verso un travail à tasser(se) sur le habitacle verso « donner envie de venir habiter dans le centre » et que prévision O.K. arriviste « d’un volet social avec des mesures d’aides dans un contexte économique difficile pour les plus démunis » (augmentation et penché du avive d’acquisition).

« Le déni de nos difficultés »

Avis partagé par l’dissemblable bande d’antipathie (« Gauche et écologie ») qui brochure verso 2024 un « plan d’action communal de lutte contre la pauvreté » : train à 1 €, wifi inqualifiable, charité aux rôles encadrée par des enseignants, étirement des subventions aux associations caritatives et des chèques ardeur verso les jeunes…

Annabelle Fauvernier a noté un intérêt de stérilité à Saint-Gaudens « supérieur au taux en France et sur le territoire du PETR hors Saint-Gaudens » angoissant, qui immensité qu’on s’y penche. Un devis qu’il serait complaisant de payer verso « un peu moins de travaux davantage étalés, et une utilisation de l’épargne nette en faveur d’un peu plus de social et de sociétal pour la population habitante ».

Avec Corinne Marquerie, Yves Cazes et Frédéric Imbert (par commission), elle-même déplore un « débat d’orientations budgétaires qui se résume aux finances et à une liste de travaux, sans qu’il soit question ni de la situation sociale ou sociétale, ni d’orientations pour un avenir meilleur pour la ville ».

« Si nous, élus, sommes dans le déni de nos difficultés (ville de passage, maintien difficile des commerces, pollution, pauvreté), nous ne pourrons pas améliorer les choses et sommes réduits à des actions de très court terme de simple maintien à flots » ajoute les opposants.

Comments are closed.