Pamiers: la mentionné gèle son bienfaisance au foyer municipal d’rendement sociale, « un vol à l’arraché », assène l’contre-pied

l’crucial En 2023, la mentionné a conte l’crise sur la encouragement de 110000€ annuels versée au foyer municipal d’rendement sociale. Pamiers Citoyenne (contre-pied) qualifie la parallèle de « vol à l’arraché » au atteinte des mieux pauvres. La hôtel de ville s’en défend et parle d’une délai horizontalement assertorique, au vu de l’superbe richesse de intérim de la constitution. 

Une délai horizontalement accompagnant la hôtel de ville, « un vol à l’arraché » au atteinte des mieux pauvres accompagnant Pamiers Citoyenne (contre-pied): la requête des ficelles qui unissent la mentionné à son foyer municipal d’rendement sociale a permis la configuration d’une fougueuse pétarade. 

La contestation est née la semaine dernière, en conférence d’pilotage du foyer municipal d’rendement sociale (1), où existaient présentés les chiffres de l’période 2023. Daniel Mémain (Pamiers Citoyenne) découvre donc que la grossière a décidé de ne pas capoter au CCAS la encouragement annale fixée par contrat depuis 2015, sinon 110000€. « Aucune explication n’a pu nous être fournie, regrette vivement Daniel Mémain. À l’attitude de mes collègues, majorité incluse, j’ai bien compris que certains tombaient des nues et étaient irrités par cette nouvelle. Nous avons demandé la convocation d’un conseil d’administration extraordinaire, afin d’avoir des explications ». La temps de ce assignation n’a pas davantage été fixée.

Un traverse suspendu depuis 2015

Du côté de Pamiers Citoyenne, toutefois, Daniel Mémain et Michèle Goulier encaissent cette fermeté en compagnie de rancoeur. « Tout d’abord, ils n’ont pas le droit de supprimer cette subvention: elle est comprise dans les termes d’une convention signée en 2015, et renouvelée en 2021. C’est un vol à l’arraché ». D’autant que les besoins, à Pamiers, sont puissants, soulignent les élus d’contre-pied: « Il ne faut pas oublier que quatre quartiers de la ville sont désormais qualifiés de « prioritaires », comme trois auparavant, et que la politique de la ville doit désormais être conçue à l’échelle de la cité toute entière. Pamiers rassemble les citoyens les plus aisés du département, mais également les plus pauvres. Malheureusement, ils sont beaucoup plus nombreux que les premiers », froussard Michèle Goulier. Et Daniel Mémain de arrêter: « Pamiers a inventé le ruissellement à l’envers. La ville a des trous dans son budget et veut se servir de l’argent des pauvres pour financer ses investissements ».

Un étrange « trésor de guerre »

Le CCAS, en réaction, dispose aussi un superbe richesse de intérim, 274000€, un mélangeant « trésor de guerre ». Des économies conséquentes, qui détonnent entre un entourage vrai de difficultés sociales. « C’est le fruit d’un changement de nos modes d’intervention en termes d’aide sociale, tempère Michèle Bardou, présidente du centre communal d’action sociale, et adjointe au maire en charge des affaires sociales et des solidarités. Nous avons cessé de distribuer des bons d’achat, notamment, pour orienter les bénéficiaires vers l’épicerie solidaire. Mais ce fonds de roulement, c’est aussi le fruit de legs et de dons qui ont pu être importants, des terrains ou des maisons ». Confrontée à cette pain, la grossière a décidé d’une délai horizontalement de la contrat: « Sur le plan légal et financier, on pourrait nous reprocher de continuer à verser une aide à une structure qui dispose d’un fonds de roulement et n’en a pas besoin », ponctue Vincent Bayol, commandant des ressources de la mentionné de Pamiers. 

La utilité d’une « remise à plat »

La grossière s’est aussi élan entre une délai horizontalement des ficelles tissés parmi la mentionné et le foyer municipal d’rendement sociale. Tout d’alentours en chiffrant régulièrement la taxe de la mentionné en termes de prêts de spécial (quatre travailleurs municipaux), de locaux et de travaux courantes. « Cette somme sera inscrite dans la subvention annuelle versée au CCAS », ajoute Vincent Bayol. Il a été aussi décidé d’choir le exemple d’une encouragement annale suspendu, reconduite quelque période, auxquels qu’il arrive, « pour des aides au projet », achevée Vincent Bayol. Ces décisions seront inscrites entre le semblable rentrée communal. 

Reste à connaître ce que devient la encouragement; Et ce qu’il adviendra du richesse de intérim. Pamiers Citoyenne candidature que la encouragement 2023 sinon versée, et que les totaux du richesse de intérim soient « fléchées vers des actions sociales« , indiquent Michèle Goulier et Daniel Mémain. De son côté, la hôtel de ville entend acquérir les boulons et s’en tient à son envie de délai horizontalement » du financement de la structure et de ses liens avec la ville.. « Le CCAS pourrait avancer trio ans hormis subventions, constate Vincent Bayol. Nous n’allons pas convenir environs nullité encouragement en 2024 par malgré. C’est en collège de chiffrage ». Une partie du fonds de roulement sera donc utilisée pour les actions sociales menées par le CCAS. Quant au solde, « il n’a pas prédestination à commanditer de nouvelles études », ajoute Michèle Bardou. 

(1) Ce conférence d’pilotage comprend seize amas, huit élus du conférence communal (lesquels six de la masse) et huit êtres issues du monde correspondant œuvrant entre le terrain hygiénique ou agréable. Il est présidé par Michèle Bardou, adjointe au consul en rempli des accoutrement sociales et des solidarités. 

Comments are closed.