Saint-Gaudens. OZE : le esquisse social modifié par l’antipathie

l’composant OZE contre « Occitanie zone économique ». Le esquisse de la phalanstère de communes voyait de frais présenté la semaine dernière au résolution communal quelque qu’il entendu son panneau. Et de frais modifié par l’antipathie.

Puisqu’on lui information son panneau, l’antipathie « Gauche et Ecologie » le entendu : « Avis défavorable, contre ce projet inutile et inadapté, un projet d’un autre temps ».

D’voisinage étant donné que « le besoin n’est pas justifié » et que la « disponibilité de terrains ne garantit en rien le développement économique » estiment les quatre abattis d’antipathie, citant en étalon le futuropole : « 8 lots vendus sur 24 disponibles ».

Pour eux, à contre-poil de retourner le lieu intéressant, cette « immense zone » constituera une « nouvelle verrue » pendant le champ et « intensifiera le trafic routier ».

En embarrassé, l’antipathie s’étonne de cette douceur terrienne qui se fera « au détriment donc d’autres éventuels projets en Comminges » et « d’autres investissements sur le territoire ».

Enfin sur le battant environnemental, les opposants notent que « le projet n’intègre pas les enjeux de lutte et d’adaptation contre le réchauffement climatique (artificialisation de 46 hectares de sols dont plus de la moitié de sols agricoles) ».

Ils estiment que d’changées anthologie sont possibles : « Déspécialiser le futuropole pour y accueillir d’autres activités », « investir sur des zones déjà artificialisées », « identifier des sols impropres à la production agricole », « utiliser le centre-ville pour les entreprises d’ingénierie ».

« Savoir ce que l’on veut »

« Méconnaissance du dossier » rétorque la présidente de la phalanstère, Magali Gasto-Oustric. « On est ici sur des terrains à vocation économiques ; on ne crée pas une zone supplémentaire au milieu de nulle part, mais à un endroit où il y a déjà des entreprises ; et enfin on parle de 45 hectares aménagés – dont une partie sera revendue aux entreprises – sur un territoire de 100 000 hectares ». Pour le côté environnemental, « on le fait avec le soutien de la Région Occitanie » rappelle la Présidente, « ce qui nous donne des obligations – notamment en matière d’environnement ».

Magali Gasto-Oustric approché le battant bon marché du classeur : « Aujourd’hui, quand un porteur de projet cherche une surface proche de l’autoroute, on n’a pas de quoi lui répondre. Et on a déjà perdu des candidats pour cette raison. Il faut juste savoir ce qu’on veut : jouer un rôle économique sur la base du potentiel à notre disposition ? Ou devenir un dortoir de la région toulousaine ? »

La libération du résolution communal a donné un panneau consentant.

Comments are closed.