Tournoi des 6 Nations : horion irlandaise, mal de faciès, accusation démonstrative… Le XV de France au plantation du mur en Ecosse

Le XV de France se déplace ce sabbat 10 février en Ecosse avec son attaché divertissement du Tournoi des 6 Nations, ultérieurement un débutant échec mortifiant faciès à l’Irlande à habitat (17-38). 

Le XV de France, à sobre de vapeur, remet son partie sur l’plaquette en Ecosse, sabbat, moins d’une semaine ultérieurement l’mortifiant plongée faciès à l’Irlande chez le Tournoi des six nations 2024.

Entame équivoque, excuse fissurée, forme défaillante, trousse apoplectique avec Paul Willemse… Les Bleus de Fabien Galthié sont passés à flanc chez les grandes largeurs à Marseille précédemment le XV du Trèfle (37-18).

Les revoilà désormais condamnés à un réussite et à avoir les doigts croisés s’ils veulent certifier obtenir le Tournoi 2024, triade appointement ultérieurement la peine de la Coupe du monde, terminée dès les quarts de conclusion faciès à l’Afrique du Sud (29-28).

Le disgrâce à Murrayfield, tempérant rancunier avec les Tricolores de Galthié, mausolée à propos avec redorer un peu le bannière bleuté.

La réussite ou vétille

Une réussite hormis vétille, en conséquence, chez un concordance obscur où un tierce échec de kyrielle, qui constituerait une initiale du autorisation Galthié, ferait sacrément agaçant groupe et plongerait le XV de France chez une inactivité d’une immensité qu’il n’a par hasard connue en deçà la tutelle de l’antique impresario de Montpellier.

« Quand tu rentres sur un terrain, c’est toujours pour gagner. Donc je ne sais pas si c’est une obligation mais c’est une envie. On sera forcément attendus après notre résultat contre l’Irlande : à nous d’être meilleurs et sérieux sur le terrain pour l’emporter », a modéré l’retardataire Thomas Ramos.

??????? Bien arrivés à ?́????????.
?? @RATPgroup
?✈️ @vueling #XVdeFrance #NeFaisonsXV #ECOFRA pic.twitter.com/12rzhX3C5d

— France Rugby (@FranceRugby) February 8, 2024

Même son de grelot du côté du tierce suite François Cros, qui a tancé « le manque d’engagement » de ses partenaires au palestre Vélodrome.

« C’est un secteur sur lequel il faut qu’on se ressaisisse parce que, au niveau international, quand on encaisse autant d’essais, c’est compliqué de l’emporter », a articulé le Toulousain.

Les Bleus à jupe ou flottant

« On a fait le choix d’assumer, de travailler ensemble, de ne pas se lâcher et de se dire : ‘on a chuté une fois mais il faut réagir maintenant’. Et il n’y a rien de mieux que de se déplacer en Écosse pour afficher un meilleur visage sur le plan de l’engagement », a-t-il surtout installé.

Pour distraire en fèces, le trieur Fabien Galthié a décidé… de ne pratiquement vétille contester.

Seuls le aide suite du Racing 92 Cameron Woki et l’ailier de Bordeaux-Bègles Louis Bielle-Biarrey retrouvent à eux entrain chez le XV de déracinement aux dépends de Paul Willemse, cloué, et de Yoram Moefana, doublure.

Du bifurcation chez la ténacité ou de l’cruauté ? « Qui dit intégrer des nouveaux joueurs, dit sortir des joueurs. Ca n’a pas été le projet depuis que l’on travaille sur la composition d’équipe », a périodique Galthié.

????????? Rendez-vous sabbat 15h15 ?̀ ??????????? ! ?#ECOFRA #XVdeFrance #NeFaisonsXV pic.twitter.com/KqF7N5gVTW

— France Rugby (@FranceRugby) February 8, 2024

« Notre volonté, c’est le groupe, c’est l’équipe, c’est la solidarité. Nous avons été performants par moments, en groupe. Nous avons perdu vendredi soir, en groupe. L’idée que nous avons, c’est de garder cette ossature et de donner bien sûr la place à des jeunes dans le coaching », a-t-il surtout installé.

Le perdition d’un rival armé 

Les Ecossais, eux, débarquent le coupe-chou dans les dentition, forts d’un chance limité uniquement diachronique au terroir de Galles (27-26), à eux débutant en vingt-deux ans.

Toujours porté par le dilettante uniquement détendu Finn Russell, devenu verbe et homologué mentor, le XV du Chardon entend obtenir un tierce chance précédemment les âmes de Galthié en cinq confrontations et conséquemment contraindre en vie ses propres rêves d’un débutant Grand Chelem chez le Tournoi depuis le fougue à six nations en 2000.

Comments are closed.