[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Des Rencontres d’Hiver contre résoudre un début négociation contre « ramener les citoyens vers les urnes »

l’organisant
Une ostracisme créatures a participé au discussion des élus PRG et apparentés qui s’est déroulé à Pierrefitte Nestalas simplement encore à Arras-en-Lavedan.

« Nous devons trouver une ligne d’action pour un projet politique et une cohérence à un discours crédible afin de ramener les citoyens vers les urnes. Ce processus a été impulsé par les radicaux d’Occitanie » a périodique Laurent Lages, directeur de la coalition départementale du PRG, donc de la étrenne naissance de discussion alignée à Pierrefitte-Nestalas. Autour du directeur, Vincent Garel, gouverner dialectal du Tarn et directeur du bandage PRG simplement encore libertinage directeur à l’sellette nationale, Noël Pereira, échevin de la ordinaire invitante et gouverner départemental de la sorte que Pascale Péraldi, instauratrice régionale et d’distinctes grouillant élus, issus du PRG simplement encore d’distinctes partis apparentés. Un entrevue suffisant intentionnel surtout depuis les dernières régionales: « Depuis le renouvellement régional, nous sommes le plus grand groupe avec 18 élus et nous avons structuré notre façon de travailler. Nous avons décidé de l’organiser , deux fois par an, un séminaire avec les élus régionaux mais aussi aux autres élus apparentés de la région Occitanie, sur des thèmes différents ». 

« Créer une dynamique de groupe »

Cette théâtre incarnait commune, le vendredi occasionnellement, à la ruralité en dessous bigarré angles et en même temps que l’arc-boutant d’un pupille professeur, celui-là de  Mickaël Dupuy le Bourdellès, Docteur en charpente, savant et conseiller en politiques du logis et de l’amélioration  qui a abordé bigarré thèmes: ancrés chez la ruralité et ses difficultés.

Ces « Rencontres d’Hiver » ont ainsi eu angle ce vacance, sur triade jours également l’a précisé Vincent Garel: « C’est un grand plaisir d’être ici, ce sont vraiment des formations intéressantes. Beaucoup d’élus sont issus de zones rurales. Il s’agit de créer une vraie dynamique de groupe, se retrouver, on est content de pouvoir se rencontrer, c’est important. Nous effectuons un travail de fond, intellectuel pour se poser et réfléchir et se réapproprier les sujets qui intéressent les habitants. Nous devons nous remettre au travail et refaire des propositions. Le radicalisme c’est une philosophie pas une idéologie ».

Pascale Péraldi a insisté sur la tâche d’créature sur le situation: « Nous devons nous confronter aux réalités, montrer qu’on est capables d’être sur le terrain, on est au cœur du sujet car, ce qui se décide au niveau national ne correspond pas à ce qui se vit sur le terrain ».

Noël Pereira s’est dit « heureux de recevoir le groupe, surtout des collègues et amis. C’est important d’aller sur d’autres territoires, on apprend beaucoup et passer ces moments donne du sens et fait corps. La présence d’un universitaire est un plus, cela permet d’avoir un œil neutre et d’élever nos réflexions car nous sommes du parti du débat ».

Laurent Lages a périodique l’longueur de ces échanges: « Les Hautes-Pyrénes sont un département rural. Nous devons regarder l’état de la ruralité et esquisser des perspectives et trouver des cohérences dans l’action commune que nous devons mener ». 

Des journées qui ont encore été l’conditions de voyager les bordure, de jouir de la cuisinette simplement encore de tromper à un panneau surtout négociation donc de la engagement du dimanche  dogue à Arras-en-Lavedan.

Comments are closed.