[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

« En 1973 avec des amis nous avons créé le rallye du Rouergue », les confessions de Max Kuhn

l’édifiant
Grand affectueux de entraînement voiture le Ruthénois Max Kuhn a été répétiteur sur de nombreuses obligations majeures alors il est l’un des pères du compétition du Rouergue. Rencontre.

Sur la échelle de la chambre sont empilés de copieux dossiers. Tous portent le caractère d’une période, complets sont le voyage d’une vie rituelle au entraînement voiture. Max Kuhn s’en souri. « Je n’ai pas généralité enlevé de l’rayonnage où ils sont entassés. Il y en a beaucoup ». Alors, à sa méditation, on tranchée dans les pluraux journaux et éditoriaux de bulletins. On dalle sur des détails d’engagements au chimérique compétition de Monte-Carlo. « Oui j’y ai été répétiteur de nombreuses coup ».

Quelques journaux mieux ailleurs, c’est de la Formule 1 qui apparaît pile le Grand Prix de Monaco. « Je me souviens d’une anecdote de drapeaux de révolution sur le contour, les pilotes trouvaient déchaîné. J’avais eu une oblongue altercation à ce section pile Alain Prost qui vivait emmanché ce week-end-là ». Plus ailleurs, Max Kuhn se rappelle, « que le Prince Albert de Monaco est un bonhomme convenable pile leptocéphale il est arrangeant de chuchoter ». Pendant que l’on parcourt les dossiers, Max se souvient. « Sur le Dakar, ce que j’aimais c’vivait les arrivées au pourtour du lac Rose. Il y avait une contexte extraordinaire. J’ai vu trotter de grands pilotes ». Il y a moyennant complets les anonymes du direction que les journaux des dossiers de la chambre rappellent alors ceux-là des obligations régionales et apanage assurément du Rouergue, le tombeau voiture de l’Aveyron.

Le antécédent Rouergue

« En 1973, pile des amis on a eu l’attirance de mouvoir une obstacle voiture. À cette occasion, il en réalisait 3 ou 4 comme l’Aveyron. Nous voulions nous-même agissant passe-temps en tordant tout autour de la territoire de Villecomtal. On se retrouvait usuellement au buvette Picou comme la aérienne ville aveyronnaise. Des pilotes venaient. On parlait. Aussi, l’concept de agissant ce compétition n’vivait pas saugrenue. La baptême obstacle de ce Rouergue, c’vivait le nom de la territoire, est gagnée par une Alpine attitude par un astronaute occitan. Il avait une écart omnipotente, il ne pouvait que s’enjoindre », se souvient Max Kuhn qui parle tandis de neurasthénie de cette occasion.

« Oui, j’utilise ce mot de neurasthénie car en ce heure généralité vivait si clair, rien tourment, rien normalité. Pour vous-même agissant une concept, j’soutènements répétiteur qualification et en même heure j’soutènements astronaute emmanché sur le compétition. Vous ne pouvez pas réaliser ceci aujourd’hui ! » Max sourit généralité en apportant maints notes qui feront mijoter les pilotes de compétition actuels.

« Nous avions complets un copilote purement qui n’avait pas de exégèse. On roulait à l’étincelé. Le copilote indiquait le tracé de la digue sur la échafaudage de ses mémoires personnels de l’avant. Ainsi, mon copilote se perdait bientôt sur le chaussée. Ne sachant mieux où nous-même voyions, il se taisait et il ne pouvait mieux m’raconter les virages, à elles grande personne, à elles accident. Moi, je roulais à derrière puisque même. On vivait bientôt à la épuisable… Il s’agissait d’une changé occasion, d’éloigné je me souviens d’un compétition où je n’soutènements que répétiteur. Il y a eu un juste détresse. Un astronaute vivait enlevé de digue et sérieusement éclopé. J’ai sincère qu’il s’agissait d’une gêne de vie ou de agonie quant à cet bonhomme. J’ai arrêté le compétition le heure qu’un girodyne se agréé du irréparable quant à le entreprendre à l’hospice le mieux ambiant. Et, revoici que je me fais agonir par complets les engagés car j’avais neutralisé la révolution le heure de l’fuite du éclopé. Tous ces pilotes m’ont propice que épauler le éclopé n’vivait pas à elles tracas… »

« Rouler rapidement, un passe-temps »

« Il y a de mieux en mieux de licenciés en entraînement voiture car il existe des masse qui trouvent du passe-temps comme la attitude de écart et mieux mieux en fougue rapidement. Les rallyes attirent moyennant un copieux révélé de foule passionnés au pourtour des tracés des spéciales. Par moyennant, sinon l’on est comme l’discipline de ces obligations, il existe un angoisse perceptible même désagréable quant à quelques car on craint constamment le misère d’une excursion de digue et généralité le ordinaire de responsabilités qui va en faire. Avant, ce n’vivait pas similaire, on arrivait constamment à s’tracer. Maintenant, ce n’est mieux barcasse, les heure ont changé et les standards viennent généralité compliquer. Déjà que avoir d’une écart compétitive est sauvé de accessit. Pourtant le entraînement voiture prime curieux ». On méditation tandis à Max Kuhn la allégation quant à auxquels il a rapidement arrêté de promener. « Comme je vous-même l’ai dit, trotter en compétition coûte dispendieux. Aussi j’ai anecdote le alternative de aménager mon richesse comme la édifice d’une building quant à ma généalogie préférablement que comme une écart. En devenant répétiteur de révolution, j’ai tandis pu survivre au contiguïté de ma ardeur. Je ne regrette babiole ».

Le Rouergue, un tombeau

Quand en 1973, Max Kuhn et ses amis créent le compétition du Rouergue, ils ne savent pas qu’ils viennent de allouer le judas à l’obstacle sportive privilégiée des Aveyronnais. Cette dernière, depuis 50 années, génère passions, frissons, accélérations. « Sur l’moment, nous-même ne pensions pas à ces choses-là », se souvient Max Kuhn. « Au baptême, nous-même perdions de l’richesse alors de quelque discipline et on commençait à en affairé par rapport car il fallait que l’on bouche de à nous ébouillanté le patelin gestionnaire qui se fabriquait. Alors, au soirée de la sixième poésie pile mon ami Michel Ratier, on a dit arrêt. On coud. Le compétition du Rouergue n’atmosphère pas de résultat. Nous avons réagi sur l’moment rien entreprendre en bordereau que cette sixième poésie venait d’abstraction adjudicataire. On l’aurait vu, nous-même serions restés. Mais on a embelli d’stopper. Nous n’avons pas été intelligents. Daniel Wachoru a tandis loyal convoiter rengager la résultat. On lui a confié le compétition. Nous l’avions produit, Daniel l’a propulsé inspiration ce qu’il est devenu. C’est une obstacle majeure du challenge de France pile une féerique et flamboyant anecdote qui porté quelque période des milliers de foule ».
On billet ceci un tombeau.

Comments are closed.