« Je ne sortais plus de la maison » : le médiateur EELV Julien Bayou contrôlé par une désapprobation moyennant brutalités mentaux

l’constituant
Julien Bayou, ex-patron des Verts, acte l’matière d’une désapprobation moyennant guérilla légitime et comble de syncope déposée par son élémentaire conjointe.

L’ancien dirigeant EELV, Julien Bayou, est contrôlé par une désapprobation de son ex-conjointe, Anaïs Leleux, moyennant guérilla légitime et comble de syncope, qui est « actuellement à l’analyse », a propice mercredi 6 ventôse le moulure de Paris, accolé par l’AFP.

A tourmenter également :
Sécheresse : « Il faut changer de ministre de l’Écologie », le médiateur EELV Julien Bayou dénonce l’inertie du direction

La désapprobation visant le médiateur d’Europe Ecologie les Verts a été enregistrée mardi par le moulure, qui l’exposé, a propice le charge assistant, confirmant une interrogation du localité Les Jours. Anaïs Leleux, militante féministe, a impartialement porté désapprobation en échange de X « pour non-assistance à personne en danger », a-t-elle propice aux Jours.

Cette désapprobation « contre EELV » est impartialement à l’exposé, remplaçant le charge assistant. Contactés, Julien Bayou et le excusé EELV n’ont pas répondu aux sollicitations de l’AFP.

« Mais qui vous dit que vous êtes folle ? »

Dans un vaste abouchement prêché mardi, Anaïs Leleux a revue aux Jours examiner « des violences psychologiques » à son ex-compagnon, qui lui a « fait croire » qu’sézig trouvait « folle ». « Je ne sortais plus de la maison parce que j’avais peur de faire peur, de faire du mal. Jusqu’au jour où j’ai vu une psychologue qui m’a demandé : ‘Mais qui vous dit que vous êtes folle ?’ Et quand je lui ai donné le nom de Julien Bayou, elle s’est liquéfiée et a fini par me dire qu’elle connaissait d’autres femmes qui avaient eu affaire à lui », cautionné la plaignante.

Après la annulation fin 2021, Anaïs Leleux relate un duo de tentatives de suicides, bouleversée par « des témoignages d’autres femmes » qu’sézig reçoit sur les « comportements problématiques » de son ex-compagnon. « Je culpabilise, je me dis que je lui ai servi de caution féministe », dit la trentenaire qui a milité au mamelon d’Amnesty International, NousToutes et pressé le unanime Pourvoir féministe.

A tourmenter également :
Julien Bayou et Adrien Quatennens ont retrouvé l’Assemblée : 4 questions sur des retours polémiques

Elle l’accuse également d’comble de syncope. Alors qu’sézig trouvait « suicidaire » et en « stress post-traumatique », sézig augure « plein de papiers » : « Une convention de séparation, un protocole d’accord, un acte de vente… ». « Il s’est acharné sur moi alors que j’étais au bout du rouleau », juge-t-elle.

Des cadres d’EELV n’ont « pas réagi »

La militante, qui a déposé désapprobation moyennant X moyennant non-assistance à créature en malheur, veut que la bien-jugé entende « tous ceux qui ont contribué à (la) violenter psychologiquement pour le défendre »: « Un certain nombre de militants et cadres du parti EELV », qui n’ont « pas réagi ».

Elle renommée également que le stipulations de la Cellule d’culture sur les brutalités sexistes et sexuelles (CVSS) au mamelon d’EELV, prise en juillet 2022, l’a « mise en danger » : amas « pas solidement formés », culture non « externalisée », « accès au nom des plaignantes »…

Consécutivement de la aveu notoire, en septembre 2022, de l’culture détenu le visant, Julien Bayou avait démissionné du bureau ressortissant du excusé. Par la avis de son avocate, il avait trompé « une instrumentalisation du combat » en échange de les brutalités faites aux femmes « à des fins politiques », à l’approximatif du Congrès du excusé.

Comments are closed.