[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Streaming ajusté : l’UE inflige une réforme de encore de 1,8 milliard d’euros à Apple

Apple a été empêché, lundi, à une réforme de 1,84 milliard d’euros moyennant entreprenant chancelant Spotify et d’divergentes tertiaire de streaming d’indiquer les utilisateurs des options de rémunération en aspect de son App Store, a annoncé la agent occidentale à la Concurrence, Margrethe Vestager, tandis d’une réunion de multitude. 

Publié le : Modifié le :

3 mn

Publicité

La Commission occidentale a infligé, lundi 4 germinal, à Apple une réforme de 1,84 milliard d’euros moyennant non-respect des menstruations de match de l’UE sur le marché de la chanson en bordure, une expiation originale comme quoi le cyclopéen étasunien a décidé de plier(se) recours.

Spotify, éperdument apprécié estrade de streaming ajusté, avait assimilé Bruxelles comme les tâches du cyclopéen californien, jugées dissemblables aux menstruations européennes de « concurrence loyale » et qui ne permettent pas, escortant lui, de « garantir la liberté de choix aux consommateurs et un environnement équitable aux développeurs »

Au solution d’une culture impérative franche en juin 2020, l’pouvoir occidental a donné justification au accusateur.

« Pendant une décennie, Apple a abusé de sa position dominante sur le marché de la distribution d’applications d’écoute de musique en streaming » via sa commerce d’applications AppStore, a périodique la agent à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Le bandage à la pommeau a pour mis en atteint des ascèse moyennant masser les développeurs d’applications de lancer malgré des usagers sur iPhone et iPad « des services alternatifs et moins chers disponibles en dehors de l’écosystème Apple », le Music, a-t-elle supplémentaire.

« Ceci est illégal : en vertu des règles antitrust de l’UE, nous avons donc aujourd’hui infligé à Apple une amende de plus de 1,8 milliard d’euros », a-t-elle justifié.

Le bandage devra par éloigné asseoir fin aux tâches épinglées et s’priver à l’prochain d’approuver des dispositifs adéquats.

Spotify avait saisi Bruxelles contre les pratiques d'Apple, jugées contraires aux règles européennes de "concurrence loyale"
Spotify avait assimilé Bruxelles comme les tâches d’Apple, jugées dissemblables aux menstruations européennes de « concurrence loyale » © Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives

Apple affiche plier(se) recours

C’est la lauréate coup que l’UE sanctionne Apple moyennant assassinat aux menstruations de la match.

Ce ascendant est jugé « proportionné aux revenus mondiaux » du bandage de Cupertino (Californie) et « nécessaire pour être dissuasif », a précisé l’pouvoir occidental dans lequel un acte.

« Une telle amende forfaitaire était nécessaire, car une partie importante du préjudice est non monétaire et ne peut être correctement prise en compte en se fondant sur les recettes (…) Et l’amende doit être suffisante pour dissuader Apple de répéter la présente infraction ou une infraction similaire », insiste la Commission.

L’objectif est autant de « dissuader d’autres entreprises de taille similaire et disposant de ressources similaires de commettre la même infraction ».

Apple a outrancier annoncé qu’il ferait recours de l’réforme infligée.

Le bandage a déploré une expiation « prise en dépit de l’incapacité de la Commission à découvrir la moindre preuve crédible d’un préjudice causé aux consommateurs ». L’amende « ignore les réalités d’un marché florissant, compétitif et en croissance rapide », a réagi le cyclopéen étasunien.

Apple accuse, de son côté, Spotify de excaver à apprendre « sans payer » des avantages de l’App Store et de ses « outils et technologies » qui « ont contribué à faire » de la estrade suédoise « l’une des marques les plus reconnaissables au monde ».

Avec AFP

Comments are closed.