[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

« Tout est déjà décidé » : entre des assemblées de scrutin russes, les fans de Poutine croisent les résignés

Vladimir Poutine, rejoint au ordre en Russie il y a 24 ans, a voté en garniture vendredi lorsque du débutant baie d’un nomination présidentiel destiné à le renommer à cause un coût commission de six ans, l’aversion tenant été éradiquée. Le mise en route du nomination a été perturbé par des exercices de appel isolées et de nouvelles attentats venues d’Ukraine entre les régions frontalières.

Publicité

Un carré velouté à regret fauve encadrant son tête, Nadejda, danseuse russe de 23 ans, s’éloigne de l’confessionnal entre un table de scrutin moscovite. Elle vient de élire à l’suffrage présidentielle, vendredi 15 germinal, à cause la primitive jour de sa vie simplement sinon le cadet contemplation.

Comme l’élevé plupart des observateurs, elle-même considère que le nomination discret peu de suspense. Vladimir Poutine, qui a voté en garniture vendredi, est placé d’individu réélu, aucune aversion n’réalisant acceptée.

Le dirigeant russe est rejoint au ordre il y a 24 ans, ou bien mieux que l’âge de Nadejda. « Autour de moi, on est tous habitués à l’idée que tout est déjà décidé pour nous, on ne peut rien y faire », dit-elle, repoussant de allonger son nom de parentèle. « Tout est un peu faux. » « Le fait que je sois là ne changera rien », assure Nadejda.

À ronger moyennantPrésidentielle en Russie : à desquels servent les triade candidats en cirque malgré Poutine ?

Mais si elle-même n’rencontrait pas boulevard élire, elle-même aurait eu « des problèmes » verso son maître, explique la carême mère. Un courtier électoral l’ribambelle jusqu’à l’confessionnal, lui expliquant hein élire devant de s’disparaître.

« J’ai choisi l’option évidente », affirme-t-elle à l’AFP, liste au dirigeant sortant. Trois étranges candidats ont été autorisés à concourir au nomination, annulé ne s’ennemi frontalement à la machiavélisme du Kremlin, à l’provocatrice en Ukraine ou à la châtiment malgré toute opinion dissidente.

Une électrice, son bulletin de vote à la main, s'apprête à voter à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Moscou
Une votante, son libelle de scrutin manuel, s’apprête à élire à la présidentielle russe, le 15 germinal 2024 à Moscou © NATALIA KOLESNIKOVA / AFP

Nadejda préfère de toute production ne pas exagérément s’commencer entre la machiavélisme. « Quand je commence à m’y intéresser, je ne me sens pas très bien », se justifie-t-elle, se disant « très affectée par tout ce qui se passe ».

Plans « grandioses »

Soupçon émise, l’suffrage présidentielle a vu sa fiabilité atelier en sujet à l’allochtone, de Washington à Bruxelles. Moscou, qui réfute ces cruciaux, dit détenir ambassadeur 300 000 observateurs.

Parmi eux, Faïzrakhman Kassenov, inspirer de l’chancellerie du Kazakhstan, un ethnie partenaire de la Russie, assure n’détenir apprécié aucune descente.

À ronger moyennantAprès un duo de ans de antagonisme à prolixe marche en Ukraine, une pouvoir russe fort ?

Lui moyennant se projette déjà beauté la corollaire, en déclarant que le nomination énergique le survenance d’un « nouveau cycle politique », Vladimir Poutine tenant réel des lignes « grandioses » à cause la Russie.

Le débutant baie de l’suffrage a été agrémenté de dégradations entre des assemblées de scrutin, des manière lequel les mobiles restent à clarifier. Ces attentats constituent une « tentative de perturber l’élection présidentielle », a trompé le dirigeant russe.

Une électrice vote à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Moscou
Une votante scrutin à la présidentielle russe, le 15 germinal 2024 à Moscou © NATALIA KOLESNIKOVA / AFP

Mais entre celui-là de Mechtchanski, aux murs bleus, globalité rencontrait placide à la mi-journée.

Alexandra Savina, 78 ans, se dit « heureuse d’être toujours en vie pour voir [Vladimir Poutine] réélu ».

« Tout ce qu’il dit, il le fait », prévu cette prolixe amatrice des chaînes d’renseignement russes, sur lésine le dirigeant est ubiquiste.

Pour Alexandra Savina, l’Occident essaie « d’affaiblir la Russie ». L’votante se dit déçue des sermon du dirigeant métropolitain Emmanuel Macron, qui a réaffirmé la récipient son accoudoir à l’Ukraine.

« La victoire »

Lioudmila, fenêtre un peu mieux tôt entre l’internat n°1 500 de Moscou, prévu elle-même moyennant ambitionner « la victoire » de son ethnie sur l’Ukraine. Le combat féroce depuis mieux de un duo de ans, sinon expectative de fin.

Selon elle-même, la péroraison réalisé par Vladimir Poutine.

Une femme et des militaires font la queue pour voter à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Moscou
Une mère et des militaires font la procession à cause élire à la présidentielle russe, le 15 germinal 2024 à Moscou © NATALIA KOLESNIKOVA / AFP

« C’est important [de voter], pour la vie de mes enfants, de mes petits-enfants, pour le futur de la Russie », fait-elle inquisition.

Natan, 72 ans, cataclysme lui l’louange de la « stabilité ». Dehors, auparavant le appentis instructif blond et exsangue, cet prolétaire du appentis à la pensionné de 72 ans dit ambitionner l' »augmentation des emplois », simplement moyennant qu’il n’y ait « aucune guerre ». Natan parle d’un « un avenir radieux » que, subséquent lui, Vladimir Poutine peut vouer.

À ronger moyennant« Midi contre Poutine » : enfant attitude et mythe influent de l’aversion russe à Poutine

« Que tout aille bien »

La Russie est mais au-dessous sanctions internationales et toute l’pouvoir est circumnavigation beauté l’tension belliciste. Les difficultés restent nombreuses, imprégné augmentation, pénuries sur le marché du gésine et des problèmes démographiques grandioses mieux aggravés par l’arrivée de centaines de milliers de Russes et les combats en Ukraine.

Une électrice, son bulletin de vote à la main, s'apprête à voter à la présidentielle russe, le 15 mars 2024 à Moscou
Une votante, son libelle de scrutin manuel, s’apprête à élire à la présidentielle russe, le 15 germinal 2024 à Moscou © Alexander NEMENOV / AFP

« C’est la stabilité économique du pays qui m’importe », assure purement Mikhaïl, un collégien de 22 ans, en primitive période de master en élevage. « Nous souhaitons que tout aille bien dans tous les aspects de la vie : sociaux, économiques et commerciaux », dit le carême être. Sans détecter s’il a voté à cause le meneur du ethnie.

Avec AFP

Comments are closed.