Un Volodymyr Zelensky épicurien assure que « l’avancée russe » en Ukraine « a été stoppée »

Le chef ukrainien Volodymyr Zelensky a donné lundi une conversation à la haie BFMTV et au connu Le Monde, comme auquel il a estimé que « l’avancée de la Russie a été stoppée » et que la hasard rencontrait « bien meilleure » sur le avant.

Publié le :

4 mn

Publicité

Après des échec de son escadre avant aux forces russes, le chef ukrainien Volodymyr Zelensky s’est montré épicurien lundi 11 germinal, calviniste que « l’promontoire de la Russie a été stoppée » et que la hasard rencontrait « bien meilleure » sur le avant.

Dans une conversation à la haie de récepteur française BFMTV et au connu Le Monde, il a honnête : « Je peux vous donner l’information fraîche : la situation est bien meilleure que durant les trois derniers mois ». L’avancée russe « se poursuivait dans l’Est du pays, aujourd’hui notre commandement, nos militaires (l’) ont arrêtée », a-t-il affirmé, continuateur la transfert française de ses causerie.

« Vos bébés ne vont pas expirer en Ukraine« , par autre part a poursuivi le chef ukrainien, assurant que l’progression de troupes étrangères n’rencontrait moyennant l’moment pas étui. Le 26 février, le chef métropolitain Emmanuel Macron a affirmé que l’progression en Ukraine, à l’famille, de troupes ne devait pas « être exclu », suscitant une violent différend internationale.

« Tant que l’Ukraine tient, l’armée française peut rester sur le territoire français », a attaché Volodymyr Zelensky. « Mais si Poutine parvient à aller attaquer un autre pays de l’Otan, eh bien ce sont des pays de l’Otan qui seraient amenés à décider comment, en quelle quantité, devraient être envoyés ou pas leur armée », a-t-il additionnel.

Emmanuel Macron « veut seulement que (…) l’Ukraine ne se retrouve pas seule », « il voulait avoir une sorte d’union autour de l’Ukraine et je n’y vois aucun risque », a principalement affirmé le génie de l’Bilan ukrainien. Il a néanmoins plaidé moyennant l’progression de « personnel technique » moyennant « la coproduction » de canons Caesar métropolitain ou de chars Leopard germain et moyennant « l’entraînement ».

« Plus de 1 000 kilomètres » de niveaux défensives sont construites ou en classe de bâtisse sur le avant en Ukraine, a-t-il principalement honnête, évoquant une tâche fortement compliqué ». Dans son discours vidéo quotidien lundi soir, Volodymyr Zelensky a cette fois évoqué le chiffre de « 2 000 km de besognes moyennant redoubler les fortifications existantes et en procréer de nouvelles ».

« Pas un peuplier noir »

Le sort de la guerre en Ukraine pourrait toutefois devoir dépendre, dans les prochains mois, du résultat de l’élection présidentielle américaine début novembre. 

Rentré dans son pays après une visite aux États-Unis au cours de laquelle il a rencontré Donald Trump, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a affirmé que l’ex-président et très probable candidat républicain lui avait qu’il « ne donnerait pas un peuplier noir » à l’Ukraine s’il retournait à la Maison Blanche. 

« Il a une songe fortement franche, envers auquel il est pointue de ne pas caractère d’concorde. Il dit cela : très d’apparence, il ne donnera pas un peuplier noir comme la conflagration pénétré l’Ukraine et la Russie », a dit Viktor Orban dimanche soir sur la chaîne publique M1. « Si les Américains ne versent pas d’pécule, les Européens ne pourront pas rétribuer seuls cette conflagration. Et en conséquence la conflagration sera terminée », car « il est garanti que l’Ukraine ne peut pas s’en déplanter par ses propres richesse », a-t-il ajouté.

Donald Trump a « des degrés raisonnablement détaillés sur la attitude » de ramener la paix, selon Viktor Orban, qui s’est refusé à en dévoiler davantage. Viktor Orban, qui a rencontré le président russe Vladimir Poutine en septembre 2023, refuse d’envoyer tout soutien militaire à l’Ukraine et appelle régulièrement à un cessez-le-feu, convaincu que Kiev ne peut gagner.

« Drapeau blafard »

Une défaite militaire de Kiev face au rouleau-compresseur russe avait également été évoquée samedi par le pape François, qui a appelé l’Ukraine à avoir « le enthousiasme de arborer le oriflamme blafard et de payer » avec Moscou. 

En signe de protestation, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a annoncé lundi que le représentant du Vatican à Kiev avait été convoqué. La diplomatie ukrainienne a accusé le pape de « institutionnaliser le abrupt des alors forts » et de les encourager à « subsister à rire le abrupt mondial ».

« Le génie du Saint-Siège aurait dû avancer des balises à la collectivité internationale sur la exigence d’réunir directement les forces moyennant mettre la succès du empressé sur le mal, et tenter un exhortation à l’détériorant, et non à la tourment », a principalement estimé Kiev.

Avec AFP

Comments are closed.