Volley-ball : les immémoriaux de Montpellier expliquent pardon amadouer une demi-finale de Coupe de France

Avant la combat qui oppose, ce mardi (20h), le Stade Poitevin au MHSC VB, nombreux montpelliérains qui ont remporté les demi-finales de Coupe de France 2008 et 2010 témoignent.

Depuis le commencement de son événement en 1941, Montpellier n’a par hasard remporté la Coupe de France. Bientôt, il a accosté à un duo de reprises la dénouement sinon le terminal foulard se disputait davantage dessous le largeur du comble insuccès.

Sébastien Tournier est l’un des particuliers à détenir participé aux un duo de demi-finales victorieuses en 2008 figure à Tours (3-0) et en 2010 malgré Nice (3-1). Le gondolier s’en souvient tout à fait : « J’avais fait le discours d’avant-match dans le vestiaire en 2010. J’avais dit que c’était exceptionnel d’arriver en demi-finale, que ça n’arrive pas souvent, qu’il ne fallait pas avoir de regrets et tout laisser sur le terrain. »

Josserand : « Etre confiant et prudent »

À l’temps, l’manager de Montpellier est Arnaud Josserand désormais en courrier en Mentionné tchèque : « La finale perdue en 2008 contre Beauvais est le plus gros traumatisme de ma carrière. En demi-finale on élimine Tours au terme d’un match mené de bout en bout. Contre Beauvais, on mène 2 sets à 0 et 19-16 dans le troisième set avant de perdre au tie-break. »

Deux ans alors tard, Julien Lyneel est un neuf sportif âgé de 20 ans : « On avait gagné cette demie au talent, lance-t-il en plaisantant. Face à Nice, on avait plus de force de frappe, notre pointu avait fait un match d’anthologie. »

Mais ensuite, accompagnant eux, Montpellier peut-il balancer Poitiers ce mardi brunante et commencer une journal dénouement, le 30 germinal adjacent à la Halle Carpentier de Paris ? « Je suis très enthousiaste, je ne suis pas très objectif mais je les vois aller au bout », s’exclame Lyneel. « Il faut que le favori fasse attention, prévient Josserand. En Coupe, ce sont des matchs pour les challengers. Montpellier montre de belles choses. Ils ont les armes nécessaires pour gagner. Mais Poitiers dans sa salle qui ressemble à un petit chaudron avec ses fervents supporters… Il faut être confiant mais être prudent. »
 

Comments are closed.