« Il n’y a que la qualif qui compte », « quatre matches avant le stade de France » : les réactions derrière la perfection du MHSC en Coupe de France

Le Montpellier Hérault s’est imposé à Amiens lorsque des 32es de dénouement de Coupe de France chahut 6 janvier, de lesquels satisfaire son éducateur Michel Der Zakarian derrière la heurt.

Michel Der Zakarien, éducateur de Montpellier : « La qualif, c’est ce qui compte, il n’y a que la qualif qui compte. J’aurais aimé qu’on soit bien meilleur techniquement, qu’on ait une meilleure maîtrise tactique, on manquait de mobilité, de mouvement. On a parfois bien déplacé mais ça a été trop peu. Mais le principal c’est d’être qualifié. 

Ça fait plusieurs matches que l’équipe affiche une bonne attitude, on a retrouvé de l’agressivité défensive, on concède moins d’occasions, on a plus de sécurité derrière. Quand on est plus solide, on a la possibilité de marquer. On a été efficace sur nos situations. On n’en a pas eu beaucoup. Kelvin (Yeboah) aurait pu marquer avant aussi, en première période. S’il cadre ça fait but. C’est là qu’on doit progresser.

Marquer dans le jeu ? Un moment qu’on le dit. Il faut persévérer, être plus agressif encore. Quand ça va revenir, on va marquer beaucoup de buts.

Amiens accusait aussi pas mal d’absences. Ce n’était pas un grand match de foot. Mais en Coupe le principal, c’est d’être au tirage suivant. Il reste quatre matches avant le stade de France

Tanguy (Coulibaly) a essayé de bien exécuter son rôle de piston mais comme techniquement on a eu du mal à tenir le ballon, ça a été moyen. Il a recherché à bien faire ce qu’il avait à faire.

Hefti ? Un moment qu’on l’avait suivi. On avait failli le faire déjà lors de mon premier passage. Il a un bon pied, une capacité à répéter les efforts.

Yeboah ? Je n’avais pas parlé des tireurs (de penalty). Il a pris la décision de frapper. Quand on met au fond, c’est bien tiré. Il avait participé auparavant mais pas beaucoup joué. Il avait envie de se montrer.

Adams avait mal au dos en début de semaine. Et ça s’est accentué mercredi. On a préféré ne pas prendre de risque. Il est venu avec nous mais on l’a ménagé. »

Omar Daf, éducateur d’Amiens : « On s’est créé pas mal de situations. Il faut reconnaître que l’équipe en face avec des qualités. Le premier but arrive contre le cours du jeu. Le penalty est sévère. Il faut respecter la décision même si c’est dur. On revient à 2-1. Avec plus de folie on aurait pu aller aux tirs au but.

La déception c’est le résultat. On est compétiteur, on voulait passer. Malheureusement on n’a pas été assez efficace, spontané face à une très solide équipe de Montpellier avec sa défense à trois axiaux. Malgré ça, on a pesé dessus, on a frappé davantage qu’eux. Mais il faut plus de folie pour l’emporter. C’est cet état d’esprit, cet engagement que je veux voir à chaque rencontre. » 

Comments are closed.