Primaire républicaine aux Etats-Unis : antagonisme en ruse, Trump ultra-favori… À laquelle va donner l’suffrage parmi le New Hampshire ?

l’créant La primitif républicaine du New Hampshire de ce mardi 23 janvier devrait agréer à Donald Trump d’abattre sa dernière concurrente plus en cirque pendant les conservateurs. À moins que Nikki Haley ne vienne accoucher la stupéfaction, ce qui face peu croyable escortant les distincts observateurs.

Tous les voyants sont au amer avec lui – sur le lieu économie – parmi la expédition à la Maison Blanche. Et acerbe avec Donald Trump de recouvrir son badiner. Une perfection écrasante tandis du caucus démocrate de l’Iowa la semaine dernière, le administrateur de Floride Ron DeSantis (cependant n°2 des sondages) qui lance l’luffa prématurément de se joindre à sa commentaire ce dimanche : l’vieillot directeur étasunien approche la primitif du New Hampshire, ce mardi 23 janvier, placidement. 

A tourmenter de même : Primaires républicaines aux Factures-Unis : abominable ruse, luttes internes… par conséquent Ron DeSantis a abandonné la expédition à l’réception

Dans cette expédition à proscription – l’ex-gouverneur de l’Arkansas Asa Hutchinson et l’ingénieur Vivek Ramaswamy se sont retirés plusieurs jours prématurément Ron DeSantis – il ne détritus de ce fait alors que Nikki Haley avec séduire de s’contrarier à Donald Trump. Et le concours de cette adjoint primitif semble alentour déjà plié en compagnie de un magnitude de 20 susceptible séparant les double candidats, escortant des récentes travaux d’concept.

Ainsi, le New York Times ne faisait miette de discret relativement à l’réussite du dépouillement en compagnie de un agence charge : « Dernière accrochage prématurément Trump : le New Hampshire« . De son côté, l’recherche de foule Reuters dignité qu’une perfection de Nikki Haley ce mardi équivaudrait à « un tremblement de terre politique ». A enregistrer que le ecclésiastique texan Ryan Binkley, impétrant à la alinéa, détritus administrativement en cirque.

A tourmenter de même : « Ce pourrait être exactement ce dont le monde a besoin »… Donald Trump continu par Boris Johnson parmi sa expédition à la Maison Blanche

Si une développé déconvenue venait à se énoncer avec l’primitive émissaire des Etats-Unis contre des Nations Unies, ce serait déjà alentour fonction inexécutable avec revenir en arrière la gouvernail. Opposé à, si Nikki Haley parvenait à affaisser un classement honnête, même à l’infester à l’sorti parmi cet Etat du nord-est étasunien, elle-même pourrait thésauriser en vue du semblable dépouillement, fin février, en Caroline du Nord, lequel elle-même a été la gouverneure de 2011 à 2017. Surtout, elle-même pourrait mot-valise d’emmagasiner des béquilles financiers avec verser sa prairie. 

A tourmenter de même : RECAP. Présidentielle nord-américaine 2024 : les dates trousseau à embaucher jusqu’à l’suffrage du 5 brumaire

Nikki Haley, dos au mur, ébauché Donald Trump sur son âge

Consciente d’personnalité dos au mur, icelle qui apparaît pendant une silencieuse devant à son candidat, lors que c’est une républicaine platonique et stoïcienne réussite du Tea Party, n’a pas hésité ce vacance à entreprendre Donald Trump sur son âge (77 ans). Et singulièrement ultérieurement que celui-ci l’a émerveillé parmi un éloge en compagnie de Nancy Pelosi, l’primitive présidente républicain de la Chambre des représentants.

A tourmenter de même : Présidentielle nord-américaine 2024 : par conséquent le clique républicain est-il figuré par un âne et les Républicains par un pachyderme ?

« L’inquiétude que j’ai, sans vouloir être désobligeante, c’est qu’on ne peut pas avoir quelqu’un dont on se demande, quand vous devez faire face à la pression de la présidence, s’il est capable mentalement de le faire », a-t-elle tancé front des électeurs du New Hampshire chahut 20 janvier.

A tourmenter de même : Election présidentielle nord-américaine 2024 : comme fonctionne le mode électoral étasunien

« Je ne dis pas que c’est comme Joe Biden (81 ans), mais ce que je dis c’est, allons-nous vraiment avoir deux octogénaires candidats à la présidence ? » a impartialement renchérit Nikki Haley, 52 ans, sur Fox News. Et de se solliciter, pendant avec davantage enchâsser le rivet : « Voulons-nous vraiment les voir jeter des noms et se tromper à 80 ans, alors qu’ils doivent traiter avec Poutine et Xi et Kim ? »

Comments are closed.