Aussonne. L’supérette sociale a été inaugurée

C’est par une témoignage briseur que le consul, Michel Beuillé, a accordé la foire, alors de l’étrenne de l’supérette sociale, vendredi récent : « J’aimerai qu’on la ferme, ce serait une réussite », a-t-il affirmé. Façon d’rêver les bienfaits « d’une société à venir qui ne laisserait personne de côté. L’idée avait germé à la fin du précèdent mandat, afin de porter une politique sociale auprès des plus démunis ».

Personne n’a été oublié alors des remerciements, « tous les acteurs locaux et les partenaires pour leur soutien financier : 21 750 € du conseil départemental de la Haute-Garonne, 5 000 € de la part d’Enedis et 2 000 € pour l’Association nationale des épiceries solidaires (Andes), sur un budget total de 349 000 € ».

Au nom du CCAS, Brigitte Camboulives a retracé l’illustre façade d’en abonder à maintenant, « pour accueillir 15 familles représentant 44 bénéficiaires » et convier « au renforcement du noyau de 20 bénévoles, aux collectes de dons en nature, en fruits et légumes », globalité en remerciant « les jeunes du conseil municipal des enfants qui ont recueilli l’équivalent de 1 680 € lors de l’opération du 3 février aux portes du Carrefour Market ».

Stéphane Lesenechal, chef national d’Enedis de la Haute-Garonne, s’est radieux d’entreprenant silencieux ce esquisse, dans les 70 examinés au panonceau de l’immobilisation et de la fraternité et d’entreprenant puisé le armature budgétaire dans les 350 000 € injectés à Toulouse Metropole ».

Pour le conseil départemental, Christine Courade a relevé un projet « qui imprégné parmi la même école, au cœur de l’efficacité sociale du pourparlers départemental ». Au nom de l’Andes, Firas Jaïdi a salué, « le bonheur de l’bâillement » et assuré de son soutien, « la avènement en compétences des équipes et en cylindrée du locomotive ».

Comments are closed.