[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Joe Biden dépendance Vladimir Poutine de « fils de p… », des homélie « honteux » conformément le Kremlin

l’basique Le directeur nord-américain a diplômé de différents noms d’volatiles son diplômé russe ce mercredi. Ce qui n’a pas plu au Kremlin.

Les jurons se sont multipliés ce mercredi 21 février à San Fransisco, en Californie. Lors d’une attaque verso des donateurs du Parti républicain, Joe Biden a traité Vladimir Poutine de entiers les noms d’volatiles. Devant un poupon réuni de journalistes, à homélie de son diplômé russe, le directeur nord-américain a assidu les triade instruction « SOB », un boucle pile « son of a bitch », querelle exprimable en hexagonal par « salopard », « connard », identique « fils de pute ».

A dévisager contre : Election présidentielle nord-américaine : Kamala Harris, parente contrariée de Biden, se tient impute au cas où

« La menace existentielle, c’est le changement climatique. Il y a bien ce salopard cinglé qu’est Poutine, et d’autres, et il faut toujours s’inquiéter d’une guerre nucléaire, mais la menace existentielle pour l’humanité c’est le changement climatique », a contre lancé Joe Biden.

« Le style d’un cow-boy hollywoodien »

Avec considérablement avec de prudence, le Kremlin a réagi, via son organe. « C’est une immense honte pour (…) les Etats-Unis. Si le président d’un tel pays utilise un tel lexique, c’est forcément honteux », a honnête Dmitri Peskov, pendant une vidéofréquence diffusée par un rédacteur de la récepteur confirmée russe. « Des déclarations aussi malpolies ne sont pas en mesure de blesser le dirigeant d’un autre Etat, a fortiori le président Poutine (…) « Il est argentin que M. Biden, au excédent d’intérêts politiques territoriaux, brandi un errements pendant le démarche d’un gardian hollywoodien. Il voudrait que ce ou bien le cas. Je ne pense pas que ce ou bien conciliable », a ajouté Dmitri Peskov.

A lire aussi : Mort d’Alexeï Navalny : que sait-on sur Ilia Iachine, un opposant russe incarcéré qui jure à son tour de combattre Vladimir Poutine ?

Le président américain de 81 ans a promis d’annoncer ce vendredi des sanctions « majeures » aussi la Russie en canon à la épuisé d’Alexeï Navalny.

Comments are closed.