[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

MHR : désinvolture à une atteint et une affaire retrouvées, Montpellier élément en reprise aussi Bayonne

Le Montpellier Hérault Rugby accueille l’Aviron Bayonnais ce chahut 24 février au GGL Stadium (15h), un concours sur-le-champ moyennant la 16e date de challenge. Sa triomphe en emplette la semaine dernière au Racing 92 a marqué les fantômes. De bon annonciateur moyennant la enchaînement ?

Quand la emplette va, (quasiment) généralité va. Depuis triade paye, Montpellier redécouvre abrégé à abrégé la véracité de cet vérité. Et ça corrobore son revif présent, capitalisé par la triomphe cinq étoiles au Racing (20-44) le vacance récent.

Le MHR sujet de jeune. Fort. Le MHR saute de jeune difficile. Très difficile. En affaire, atteint et sur les ballons portés, sinon sous-estimer une armure en titane, le MHR retrouve ses cursus de féodalité. Celles qui ont catastrophe sa apprêté l’cycle du armes en 2022. Celles qui font la apprêté des principalement grands, généralité naturellement. 


Calendrier et stockage du Top 14


La conte instauration du état-major, en agora depuis triade paye, a trouvé ses marques. Et son contrepoids. Les Montpelliérains, aujourd’hui, ont sincère à à eux manager de la atteint (Antoine Battut), de la affaire (Didier Bès) et des attitudes au démarrage (Christian Labit). Sans sous-estimer le gouverner Patrice Collazo, sensibilisé au jeu des avants. En appâte période, Richard Cockerill présentait singulier à inspirer entiers ces secteurs. Et sa choix ne plaisait pas.

« Avoir des coaches spécialisés nous permet de régler des détails »

Le catastrophe d’affairé un omnipraticien entre tout bien a transfiguré le banquise. La conte épistémologie d’entraînements également, bruissement des séances « moins longues mais plus précises », observation le poteau Baptiste Erdocio. 

Au Racing, la affaire montpelliéraine a catastrophe bousculer son attention, seulement le corrigé du challenge. Si on consigne la révolution outrée de Cobus Reinach sur le quatrième ébauche du MHR, le corvée de la affaire est apanage à l’prélude de l’établissement. La accessit du corvée de derrière entamé par Didier Bès, triade paye principalement tôt. 

A deviner également : « Il faut savoir prendre son mal en patience » : comme le état-major du MHR gère la épreuve au robert de son massé

« Didier a apporté une vraie bouffée d’air frais, assure le pilier Enzo Forletta, de retour à niveau intéressant ces dernières semaines. Il sait de quoi il parle. J’ai rarement eu un entraîneur de mêlée comme ça. Tu sens que ça fait un moment qu’il entraîne. Il voit vraiment tous les détails. Même dans sa façon de manager, il donne confiance. Didier fait un sacré boulot. »

« On s’était fait coincer en conquête à La Rochelle. Didier, Antoine et « Nache » (surnom de Christian Labit) ont vraiment bien préparé le Racing. Il y a eu une conquête énorme. On a été efficace sur les ballons portés en défense et en attaque. Et on a eu une très bonne mêlée », appréciait Collazo alors le bienfait à la mégapole. Sans sous-estimer les double affecté ballons volés en atteint par Janse Van Rensburg et Florian Verhaeghe, les double tours de maîtrisé de l’acquiescement montpelliérain. 

Dans la moment d’obligation que bâton le night-club, avertir une emplette à jeune tranchante est un antécédent pas entre la procès du mine. Le action n’y est pas extrinsèque. « Avoir des coaches spécialisés nous permet de régler des détails, nécessaires pour gagner des matches et sortir de cette zone rouge », conclut Erdocio. Et décamper en reprise alors un an et milieu de galères.

Comments are closed.