« Tu vas voir comment on les égorge les Millavois » : supposé que un dispute de U17 dégénère convaincu Millau et Agde

Millau et Agde devaient se rejoindre ce vacance en affouage d’Occitanie. Le SOM a franc abonnement sans arrêt d’incidents survenus tandis d’une conflit en concours.

Millau et Agde devaient se rejoindre ce vacance, dans nier une conflit en affouage d’Occitanie. La conflit ne s’est pas déroulée parce que Millau ne s’est pas rebutant pour l’Hérault, pour son protégé de U17. Pour indication, les Sud-Aveyronnais détiennent un gêneur cendres de à elles promenade sur les rives de la Méditerranée, le 3 février moderne. « On a frôlé la catastrophe, regrette Mathis Bigard, l’entraîneur de cette jeune formation. Quand on est arrivé, on a senti qu’il y avait de la tension à cause de l’enjeu sportif, mais rien d’alarmant. »  

Selon l’initiateur du SOM football, au fil des minutes, la conflit a graduellement stupide. « Après qu’un de mes joueurs a pris un carton rouge, les dirigeants ont été virulents, l’un d’entre eux a attrapé mon joueur par le bras et il m’a dit « tu vas saisir quoi on les égorge les Millavois ». J’ai demandé à l’arbitre si cela allait être écrit dans le rapport, il ne m’a pas répondu. Il nous a simplement mis un carton jaune à tous les deux. » Suivi d’un différent dans l’instructeur du SOM qui sera somme toute évincé du case de troublé. 

« On s’est fait cracher dessus »

Après le but agathois pour les derniers instants de la conflit (1-0) sur pénalty, les choses se sont envenimées. « Il y avait un sentiment d’injustice complet, témoigne l’entraîneur millavois. Nous étions dans le vestiaire quand on nous a dit qu’une quarantaine de personnes nous attendaient. C’est un parent d’Agde qui nous a fait sortir du vestiaire et 50 m plus loin, dans l’enceinte du stade, ces mêmes personnes qui nous avaient insultés pendant tout le match, nous ont encerclés et là ça a complètement dégénéré. Les mamans ont pris des coups de pied, on s’est fait cracher dessus… Sur le coup notre priorité était de protéger les enfants et on n’a pas appelé les gendarmes. »

« On n’est pas un club où les gens se font agresser »

Dans le baraquement d’vis-à-vis, les dirigeants du RCO Agde n’ont pas expérience la même truc. « C’est complètement disproportionné, c’est une histoire sordide entre parents et un entraîneur de Millau surexcité, dément Jean-Michel Oltra, le président du club. Il n’y a rien eu de tout ça. Leurs vidéos ne tiennent à rien, le rapport de l’arbitre est contre eux. Ce qui m’intéresse, c’est le terrain… Aucun de mes joueurs et de mes éducateurs n’a posé problème. Je me fie à l’arbitre officiel qui n’a pas constaté d’agression sur leurs joueurs ou leurs éducateurs. On n’est pas un club de quartier. »

Le directeur du discothèque héraultais assure que ce que dénoncent les Millavois est un non-sujet. « Il ne s’est rien passé dans l’enceinte du stade Rivalta, reprend-il. S’ils s’étaient sentis agressés, il fallait appeler la police ou nous en informer. On aurait appelé la police municipale ou nationale. Il n’y a eu aucun appel dans ce sens. On ne se fait pas justice soi-même. On n’est pas un club qui a pour habitude de mal recevoir nos adversaires ; où les gens se font agresser. »  Et de conspirer : « S’ils portent plainte, on se retrouvera devant les tribunaux avec les éléments. Et les éléments crédibles sont ceux de l’arbitre. » 

Comments are closed.