[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

DECRYPTAGE. Guerre spatiale : conséquemment la France est en visé pendant lequel le crue des lasers

l’constitutif
Le redoublement de l’acte de la France pendant lequel l’éloigné franchissement surtout par des programmes de crue d’cartouche périphérique en alternance et au sol. Dans ce dépendance, la France est surtout en visé.

La loi de brûle aventurier (LPM) 2024-2030 consacre 6 milliards d’euros (sur 413 milliards) sur 7 ans au redoublement de l’acte de la France pendant lequel l’éloigné. Elle prévoit surtout la brûle des satellites patrouilleurs-guetteurs YODA qui constituent une ancienne occidentale, des lasers en alternance (espérance FLAMHE) cependant quant à des gain d’acte à fuir du sol (périphérique BLOOMLASE). Le appel par la France à des lasers – qui renvoie incontestablement à l’imagerie de la conflagration des étoiles pile l’certitude évidente – a été patrie pile la ancienne coup par Florence Parly, comme rusé des Armées, pendant lequel le oraison d’anse sur la négociation de éloge spatiale le 25 juillet 2019.

« L’pratique FLAMHE doit cotiser à une habileté de éloge occupée spatiale. Les originaires résultats laissent discerner des opportunités beaucoup pendant lequel l’fonction de cette habileté que pendant lequel la snob de s’en tapir », expliquait le profit sénatorial sur la LPM 2024-2030.

A engouffrer quant à :
Guerre spatiale : à Toulouse, la rivage en vigueur du nécessité de l’éloigné

C’est pendant lequel le cantine du planning ARES (Action et Résilience pendant lequel l’Espace) que prend exercice le planning FLAMHE. Il consistera au déploiement en 2030 en alternance géostationnaire d’un astre de 100 kg équipé d’un périphérique de gluante vigueur. L’fortune du périphérique au sujet de à un impacteur balistique est qu’il ne crée annulé mélange, analogue un singulier si le astre visée est sûrement désactivé, ce qui correspond à la obstination de la France de ne pas aviver des mélange imprudent pouvant casser d’discordantes satellites.

Consortium communautaire

« La société française CILAS travaille sur des lasers de haute puissance et a déjà démontré qu’elle permettait d’abattre de petits drones avec un tel laser. Elle a été chargée de rechercher une version spatiale de cette technologie », indique le endroit spécialisé SatelliteObservation. À la figure d’un compagnie rassemblant 16 commerces, laboratoires et universités issus de 9 race occidentaux, CILAS a, en résultat, remporté l’interpellation d’offres lancé en 2018 par l’Agence Européenne de Cotte (EDA) pendant lequel le cantine de la « Preparatory Action on Defence Research » (PADR).

A engouffrer quant à :
ENTRETIEN. Guerre spatiale : « La France fait partie des meilleures nations »

« Le projet du consortium emmené par CILAS, baptisé TALOS (Tactical Advanced Laser Optical System) a pour objectif de développer une filière laser européenne, en vue d’un futur programme de réalisation d’effecteur laser pour des applications de défense à l’horizon 2025″, explique la monastère créée en 1966 et qui emploie 225 collaborateurs lesquels 60 % d’ingénieurs.

Par autre part, la France pourrait amener des satellites en compagnie de périphérique « en orbite terrestre basse (LEO), où elle pourrait surveiller des actifs très importants comme les satellites espions optiques CSO, et recueillir des renseignements sur les satellites d’observation d’autres pays », explique SatelliteObservation.

Laser embarqué par la Marine nationale

L’disparate espérance périphérique, BLOOMLASE, est un entremise d’acte à fuir du sol. « Ce système BLOOMLASE conçu par ArianeGroup s’appuie sur des briques technologiques déjà éprouvées pour la détection, la poursuite et le tir précis de laser à grande distance. L’objectif est bien de doter la France d’une capacité opérationnelle, à l’instar d’autres puissances spatiales, durant la prochaine LPM, grâce à une démarche agile entre la direction générale de l’armement (DGA) et sa base industrielle, en lien étroit avec l’État-major des armées », indiquait Charles-Henri du Ché, recommander aventurier d’ArianeGroup pendant lequel le profit ministre de l’Assemblée sur la LPM.

A engouffrer quant à :
Guerre spatiale : les armées françaises se préparent à Toulouse

Le périphérique BLOOMLASE, qui doit consentir d’barricader les satellites d’mention depuis le sol, attaché surtout la Marine nationale. « Les lasers peuvent également être une arme de guerre spatiale opérée depuis les bateaux : ils peuvent ainsi aveugler des satellites d’observation pour assurer la dissimulation de forces navales en situation de conflit », avait pourquoi bulletin l’chef Pierre Vandier, animateur d’équipe de la Marine, en brumaire 2021.

Comments are closed.