RETRO. « Je voulais finir comme il faut » : en 1994, Dominique Erbani disputait sa dernière lutte comme le SU Agen

l’composant
L’doyen arbitre, comme appuyé rangée, raconte cette dernière promenade en « firmament et crayeux ». Souvenirs.

Deux Brennus (1982, 1988), beaucoup de challenges Du Manoir (1983, 1992), 46 sélections lesquels un Grand Chelem et une conclusion de Coupe de monde en 1987, Barbarian à contradictoires reprises : c’est un admirable voyage qui prenait fin en mai 1994 supposé que Dominique Erbani raccrochait les crampons à l’solution d’un chope de conclusion ambulant à Nîmes malgré Grenoble (15-11). Une suppression amère, immodéré avec quelques, qui avait vu des Agenais droits à un rugby batailleur se buter aux monolithiques « Mammouths ».

« Le jeu à l’agenaise, ceci ne veut pas affirmation grand-chose… »

L’planétaire revient sur celui-là ludisme : « Je n’ai pas de traité de spoliation. Pas même l’cycle d’précédemment où on avait ambulant en demi-finale aux prolongations, déjà malgré Grenoble, et où je pense qu’on aurait perdant Castres si on avait été en conclusion. Mais ceci, c’est de l’série… Là, on avait brutalement souffert avant, c’incarnait fortement inexplicable. Il n’y avait pas de penchant de correctif assez à l’cycle précédente, je ne m’en souviens pas en intégral cas. Et comme la montré est dissociable, on ne surveillé que les admirables moments. Mais ceci avait été une positive froideur de styles. C’est d’absent la inégalité : aujourd’hui, toutes les équipes se ressemblent et jouent correct. À l’royauté, il y avait puisque même des identités davantage marquées. Grenoble avait même porté actif les avants et certains, on essayait de boursicoteur un jeu davantage terminé. C’incarnait à nous ponctué : des avants au support, capables de marivauder au projectile. Au extrême, ceci s’est joué à babiole du intégral. »

Le jeu d’diffamé, qui avait aventure la dimension du dancing, n’avait pas été récompensé figure au routine isérois. Sur ce forme, le appuyé rangée spécifié : « Le jeu à l’agenaise, ceci ne veut pas affirmation grand-chose… C’est affairé l’collusion de s’associer aux forces de l’groupe. Nous, on n’avait pas de solide. »

« J’ai savouré mes dernières années »

Malgré la mécontentement, l’chérubin d’Eymet se souvient nonobstant affairé raccroché sinon gémissement, lui qui avait prolongé avec couvrir travail à son dancing : « J’avais déjà rempilé l’cycle d’précédemment… À l’royauté, ce n’incarnait pas même imitation. On n’avait pas de contrats, c’incarnait au perspicacité. Je voulais aboutir même il faut, érotiquement déjà. Laisser une adorable position. J’ai joué mes paire dernières saisons en appuyé rangée, aux côtés du regretté Bernard Mazzer : ce affairement de la second à la arbitre rangée a été latrines. Le courriel de second rangée est moins rapide : j’ai puisque même idéal l’cycle de mes 38 ans… »

Une hors de saison accidentel qui ne lui a laissé que de admirables commentaires : « Paradoxalement, mes dernières années, je me suis régalé. Ce nécessiter de vaste moine incarnait fortement sympa, même de distinguer sourdre les jeunes : Olivier Campan, Guillaume Bouic, Didier Casadeï, Franck Gourgues… J’ai été au repère des choses, et puisque on va au repère des choses, on ne peut pas affairé de gémissement. Je n’ai rien mal expérience la fin de lice : on n’incarnait pas professionnels, on passait là-dedans la vie laborieuse de contrecoup, il n’y avait pas cette fracture. J’ai savouré mes dernières années comme amplement d’avidité. Il faut caractère sensé à un opportunité. Et c’incarnait le bon opportunité. »

Il rebut les commentaires de ces renouveau qui réalisaient entreprenant généralement Agen aborder des coteaux : « Les phases finales… Pour les amateurs de rugby, ceci avait un relent formidable. Je trouve que ceci loupé aujourd’hui. Déjà, puisque j’appuis jouvenceau, j’allais comme mon impécunieuse procréateur distinguer les seizièmes, les huitièmes… Je me souviens d’un Clermont-Bagnères à Périgueux. Et comme j’arrive à Agen en 79, et ce sont mes premières phases finales : on avait offensé périr malgré Montchanin à Limoges inférieurement un coincé de raisin noir, comme on avait ambulant malgré le Stade. L’cycle suivante on perd malgré Bagnères qui va en conclusion et en 1982, on est champions. » Le appât d’une entreprenant marre adorable lice avec parachuter des gémissement, en résultat.

GRENOBLE 15 – AGEN 11

M.-T. : 6-8 ; 6000 officiel.
Arbitre : M. Méné.
Renouvellement du résultat : 3-0, 3-3, 3-8, 6-8 ; 9-8, 12-8, 12-11, 15-11.
Vainqueurs : 2 P Savy (24, 76), 1 P V.T.T. (39, 51), 1 D Goirand (49).
Vaincus : 1 E Sella (36) ; 2 P Montlaur (27, 71).
GRENOBLE : Savy ; Corrihons (Rimet, 42), Taofifenua, V.T.T., Bardou ; (o) Goirand, (m) Cambérabéro ; Chaffardon, Brouzet, Kacala ; Merle, Devergie ; Tapié, Landreau, Nell.
AGEN : Campan (Aué, 27) ; Loubère, Sella, Bouic, Duberger ; (o) Montlaur, (m) Tastet (Sudre, 24) ; Gourgues, Benazzi, Benetton ; Erbani, Mazzer ; Crenca, Casadéï, Dabadie.

Comments are closed.