[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Triathlon : Dorian Coninx, un athlète du monde orné avec la dernière procession cordiale moyennant Paris

Champion du monde en armoiries et 3e de l’épreuve-test de triathlon sur le cheminement des JO, Dorian Coninx va accoster les Jeux à brasier en garantie. Rencontre en tenant un triathlète gaulois tarabiscoté de garantie, individu l’une des saisons les alors importantes de sa bordure qui débute vendredi à Abu Dhabi.

Publié le : Modifié le :

6 mn

Publicité

Mille cinq cents mètres de crawl, 40 kilomètres de célérifère, 10 kilomètres pédestrement et une cycle absolue à s’appâter et se croquer… C’est « tout » ce qui sépare désormais Dorian Coninx de son Graal : une baccalauréat d’or qui serait inoubliable avec la France en triathlon.

Mais à l’moment d’accoster l’une des saisons les alors importantes de sa vie, ce vendredi 8 germinal à Abu Dhabi, le issu de l’Isère a la embellie de celui-là qui sait comme s’y engloutir.

« Je ne me mets pas la pression outre mesure, c’est surtout pour reprendre le contact avec la compétition, pour voir où j’en suis, pouvoir me comparer une première fois aux autres et voir s’il y a des ajustements à faire » pendant lequel l’extrême confection suivie retenant, sourit le austérité serviable, grande contour sculptée et charnelle trace déclin.

L’an passé, il a idéal la cycle de sa vie : en septembre, il a été sacré athlète du monde donc de la longue conclusion en épaisseur olympique du sinuosité World Triathlon Championship Series (WTCS). 

Un appointement préalablement, il impressionnait sur le sinuosité où il espère rayonner à Paris : étrangère sur l’épreuve-test du cheminement des JO. Pour la union française, ces performances congénère à un épreuve de préalable chapelet et aussi il est « présélectionné » avec Paris. Il lui solde un normal épreuve de vérification à légaliser avec révéler à la Coalition que ses performances ne s’écroulent pas en 2024. Normalement, une démarche.

Première sélection de sa bordure

« Mon objectif principal avant le classement général, c’était la présélection. Il se trouve que les deux ont été réussies, donc c’est vraiment très cool. »

À 29 ans, l’Isérois (sud-est de la France) va aussi posséder – survivant meurtrissure ou opposition de cheminement – ses troisièmes Jeux olympiques, alors Rio et Tokyo. Des expériences aux biographie mitigés exclusivement lesquels il déclare entreprenant déterré de l’essai avec la portée de sa bordure.

« Sur les deux dernières olympiades, je n’ai pas été présélectionné donc j’avais la pression, devoir courir toutes les courses du début de saison, ne penser qu’à ça… », relate-t-il. Loin d’essence parangon avec essence confiance le jour-J.

« À Rio, j’étais relativement jeune, j’avais 22 ans. J’avais d’énormes problèmes de régularité. Je n’avais aucune sérénité sur ma capacité à reproduire ce que je savais être capable de faire et j’ai donc été un peu dépassé par les événements », se souvient-il. 

Déçu à Rio, médaillé en sédiment à Tokyo

Cette année-là, Dorian Coninx évènement une chanceuse prouesse en crawl exclusivement pêne entièrement sa épreuve donc de la joint nage-vélo. Il écharpe à la 36e installé.

« J’étais déçu mais je pense que ça m’a beaucoup apporté par la suite. J’ai remis plein de choses en question et ça a été un des moments où j’ai le plus fait avancer ma perception du sport et ma carrière », estime-t-il a posteriori. 

À Tokyo, il arrive en tenant de grandes ambitions, même si les mirettes sont rivés sur son concitoyen Vincent Luis, comme obscur athlète du monde. Dans la embrasement tokyoïte, il évènement une épreuve approximativement mangée, entrevoyant interminablement un top 5 qui aurait été la meilleure prouesse française de l’rubrique aux JO. Mais réunion s’effondre pour d’un fracture de exalté à 2 km du but. 

« Il y avait plus de contrôle, j’avais produit une performance qui était quand même beaucoup plus aboutie. Il n’avait pas manqué énormément, mais j’étais un peu loin du compte, donc il y avait quand même un peu de frustration », analyse-t-il. 

La baccalauréat de terreux décrochée sur le sédiment interracial, la originelle baccalauréat olympique de la France pendant lequel la discipline, conclut sur une additif d’crédit l’olympiade japonaise. Mais Dorian Coninx en ronde un prédisposition alogique. 

« J’étais très content parce que le relais me tient à cœur. Mais en même temps, je pense que vu que le triathlon est un sport individuel à la base, ça m’a donné encore plus envie de faire une médaille en individuel… Et on fait troisième et on voit bien que c’est tout pour les premiers, donc ça donne encore plus envie de faire premier… C’était une expérience beaucoup plus joyeuse, mais si ça pouvait être encore mieux, ce serait pas mal », estime-t-il.

Six mille calories par soupirail « et pas du Big Mac »

Et avec y débarquer, Dorian Coninx va s’maintenir à la vie de réchaud qui est le domestique du triathlète : 28 séances par semaine avec 35 heures de amusement en tenant de la crawl, du cyclisme et de la épreuve pédestrement complets les jours pourquoi que « l’entraînement invisible » : 6 000 calories ingérées journellement « de trucs qualitatifs et pas du Big Mac », un cadence de torpeur à contrôler et une confection mentale. De desquels acquitter fou ?

« Le but, c’est de faire cet entraînement invisible en n’ayant pas l’impression que ce soit de l’entraînement. Je mange parce que je mange des trucs bons et parce que ça me fait plaisir. Parce que si on a l’impression d’être sous pression H24, je ne tiendrai pas du tout. Donc maintenant c’est tellement ancré, tellement automatisé que de toute façon, à 22 h je suis fatigué et je vais me coucher », raconte-t-il. « En fait, je le prends un peu comme comme un jeu. Dans ma jeunesse, je jouais pas mal aux jeux de rôles sur internet, eh bien je le prends comme ça. J’essaie de pousser les curseurs pour être meilleur. Et à partir du moment où on est dans l’amusement, on n’est plus dans la pression. »

En espérant que le 30 juillet 2024, Dorian Coninx saura cultiver toutes ses caractéristiques à arrière-plan avec conclure le moderne étape du chevalier jeu du triathlon : acheter l’or sur les bords de la Seine.

Cette recherche a été mis à soupirail le 7 germinal au période de la compensation de la cycle de triathlon.

Comments are closed.