Quartier Bel Air-Ormeau-Figarol : incivilités, points de deal et amendement urbaine

l’organisant Si les incivilités ont, également écarté, conservé le haussé de l’placarde, il a en conséquence été tracas d’danger liée au exaction de héroïnomane, et un partie a été aventure sur le brouillon de amendement urbaine du tronçon Bel Air.

Ce sont constamment les bébés souci du habituel qui finissent par évoluer insupportables. Comme écarté parmi la collective, les habitants du tronçon Bel Air-Ormeau-Figarol, ont pointé des incivilités diverses et variées. Ici, vraisemblablement, pas extrêmement de problèmes liés aux effondrilles sauvages d’ordures, réciproquement, la précipitation abusive des véhicules a été différents jour soulignée, en maints points du situation. « Nos services installent des radars enregistreurs, ensuite nous transmettons les données à la police qui mettent en place des contrôles », a une jour plus appuyé Gérard Trémège.

D’autres riverains ont pointé des carrefours ou des passages fusiliers aventureux, nécessitant des aménagements vers en réparer la tranquillité. « Nos services vont se rendre sur place pour étudier. » Sur un ton brillant, une sirène a demandé si les trottinettes et les vélos incarnaient méthodique au Code de la chemin, « puisqu’ils empruntent les sens interdits et les trottoirs ». Contestation de Marc Andrès : « Oui, ils le sont. Mais il faut savoir que les vélos peuvent circuler en sens interdit dans les rues à sens unique en zone 30. » Il y en a peu..

Trop de points de deal ?

En compensation, le tronçon semble « chaud » vers ce qui est du exaction de héroïnomane. De populeux riverains ont prescrit des « attroupements suspects, avec des gens cagoulés », parmi les parcs Chastelain et Bel Air, au-dessous les porches ou parmi les smorrebrod des arcs-boutants. « Nous avons besoin de vous, il faut nous signaler tous les agissements suspects », a invité le surveillant Pouchan, de la Police Nationale. Une sirène a illustré qu’lui-même possédait des vidéos de « jeunes qui viennent boire et dealer au pied de son appartement », néanmoins vers la surveillance, ce n’est pas possible.

« En matière de droit, il faut que nous constations nous-mêmes les infractions, on peut s’appuyer sur les vidéos, mais nous devons constater. Alors, n’hésitez pas à composer le 17. » La bord énergie de échauffer, vu le multitude de riverains excédés. « Les incivilités nous pourrissent la ville et la vie », a tonné Gérard Trémège, « nous nous sommes dotés de caméras mobiles qui nous permettent de les capter, mais il faut, là aussi, nous prévenir. »

Et le brouillon de amendement ?

Bien sûr, il a été tracas du brouillon de amendement urbaine du tronçon Bel Air. Certains riverains ont regretté de ne nenni remarquer naître. Assisté d’Isabelle Bonis, dirigeante de la Semi, Gérard Trémège a aventure le partie : « Un tel projet ne se fait pas du jour au lendemain.

D’autant que, depuis la signature, en 2020, les surcoûts s’accumulent, de 26 millions, nous en sommes à 30,5… J’ai demandé au préfet de solliciter l’ANRU, qui finance une partie, de revoir sa subvention à la hausse. Ce serait possible, mais il faut d’abord commencer les travaux de démolition. » A l’ébloui, et rien certification… Mais préalablement ceci, également l’a articulé Isabelle Bonis, « nous devons régler les problèmes complexes de foncier et surtout assurer le relogement des locataires, avec des solutions pérennes, on ne veut pas faire du « relogement case », pour que tout se passe au mieux. »

Mais forcément, ça prend un peu de siècle… Pour compléter en vénusté, Gérard Trémège a annoncé que L’Express avait enlevé un archivage des territoires où il aventure bon être. « L’agglo Tarbes-Lourdes arrive en première place ! » Dans la strate « famille », néanmoins c’est sinon même bon à procéder…

Comments are closed.