[vc_row][vc_column]

[/vc_column][/vc_row]

Ligue 1 : « Si on joue les matches à moins de 100%, c’est compliqué », « il faut montrer autre chose dans l’état d’esprit » : les réactions derrière OM – MHSC

L’entraîneur de Montpellier et son substance de occasion Joris Chotard n’ont pas mâché à eux mots derrière le infortune à Marseille (4-1), dimanche 25 février.

Montpellier 

Michel Der Zakarian, régir du MHSC : « Notre entame est bonne mais on a eu du mal après à les contenir, on a eu beaucoup de déchet technique. On n’a pas su faire courir le ballon ce qu’ils ont très bien fait eux. Après ils nous ont submergés.

C’est un score logique, ils ont été meilleurs que nous, ça allait trop vite. Il faut que tout le monde soit au diapason pour bien défendre, bien attaquer ensemble. À part notre première action où on fait trois quatre passes et ça fait but, après ils ont mis plus d’intensité dans le pressing. Ils ont couru plus vite que nous et pourtant ils ont joué jeudi. 

J’ai été surpris par mon équipe, on joue notre survie, il faut montrer autre chose dans l’état d’esprit. On a commis des erreurs défensives, on s’est fait transpercer trop vite. Il faut se remobiliser car il reste des matches et prendre des points. Il faut se battre et faire les efforts ensemble. Après chacun à un rôle sur le terrain et il faut que chacun le remplisse. 

Ce n’est pas parce qu’on a gagné la semaine dernière et perdu cette semaine, que ça change. Il va falloir se battre jusqu’au bout peut-être, il faudra se sauver à la dernière journée. Mais on ne peut pas faire une prestation comme aujourd’hui, jouer vingt minutes et puis plus rien. »

Joris Chotard, substance de occasion du MHSC : « Il n’y a pas eu grand-chose. On a joué sur contre-attaques durant dix minutes, puis on s’est recroquevillé. C’est compliqué de subir le match tout le long. On ne mérite pas mieux. On est capable de le faire. On l’a vu devant Metz, mais aussi devant Lyon.

On n’a pas été bons sur le plan technique dans ce match. Quand ce n’est pas le cas, il faut que l’on soit bon dans les duels. Et même dans les duels, on n’était pas là. On a été en dessous dans beaucoup de duels et de domaines.

Même si on avait marqué deux fois, on en a pris quatre et on aurait perdu 4-2. Quand on veut se sauver et se maintenir, même quand on joue à Marseille, on doit faire mieux. On ne peut pas jouer dix minutes et espérer les transitions.

On est à égalité avec le barragiste. Les équipes collées à nous prennent des points. Il ne faut pas trop laisser partir les équipes devant nous sinon on va se mettre encore plus le feu.

Sur les deux derniers matchs, on avait posé le jeu, on avait oublié le jeu de transition. On avait proposé des choses, mais dans ce match, on n’a rien proposé. À part mettre de longs ballons et jouer sur des transitions. On s’est mis dans nos trente mètres et on a attendu. C’est un match à oublier.

On n’a pas de marge de manœuvre. Si on joue les matches à moins de 100%, c’est compliqué. On doit se remettre en question chaque semaine et aborder les matchs comme on l’a fait devant Metz et Lyon. Aujourd’hui, on l’a fait cinq minutes.

On doit jouer chaque match pour ramener des points. Aujourd’hui, on ne l’a pas fait. Devant Strasbourg, Paris ou n’importe, on doit jouer à fond pour prendre des points. »

Marseille

Jean-Louis Gasset, régir de Marseille : « Je signe tous les matches pour que si on est mené, on marque trois ou quatre buts derrière. En cinq jours, on a retrouvé la confiance. Le premier match, il y avait l’état d’esprit, mais c’était compliqué à regarder. Aujourd’hui, on a rajouté la technique et la maîtrise de jeu. » 
 

Comments are closed.