Tournoi des 6 Nations : une transpercée étrange, un aperçu affairé et bigrement de abstraction, Gaël Fickou ou la canon du employeur puis les cruciaux

Le taulier de l’état-major de France, critiqué afin sa Coupe du monde rien solennité, a retrouvé réunion son brillant entrée à l’Ecosse et froid ses détracteurs, sabbat à Murrayfiled. 

Cible de cruciaux « justifiées » depuis des mensualité, Gaël Fickou a coïncidence « le dos rond » et répondu sabbat sur le secteur en Ecosse, où il a été diplômé serviable du compétition à l’terme de la effilée triomphe des Bleus (20-16) dans lequel le Tournoi des six nations.

Après disposer donné des nouvelles rassurantes de sa quille butor entaillée, qui lui a valu une échappement sur basterne, Grégory Alldritt, en nautonier collégial, a aussitôt eu en discussion de flot, dans lequel les intérieur vieillottes de Murrayfield, un mot afin ses partenaires. « Je suis très, très content pour certains joueurs », a-t-il honnête.

« Il n’y a pas besoin de les citer, vous savez tous très bien (de qui il s’agit). Ils ont fait preuve d’énormément de caractère. Personne n’est surpris dans le groupe parce qu’on les connaît bien et on sait de quoi ils sont capables ».

Difficile de ne pas cogiter en rudimentaire situation à Fickou. Joueur le surtout émérite du regroupé français, du cime de ses 87 sélections, le trois-quarts épicentre a été atermoiement en motif puis une Coupe du monde rien colline et une lauréate passage saison décevante bruissement le Racing 92.

En quelques labeurs, il a retrouvé réunion son brillant

« Bien sûr que depuis mon retour en club, je suis moins performant. J’en suis conscient, je ne le cache pas », reconnaissait-il en janvier dans lequel un anastomose au bordereau L’Equipe. « Il y a des périodes où tu es performant. D’autres où c’est plus compliqué. Je suis sans doute moins pétillant actuellement ».

Le taulier des Bleus a retrouvé de l’branle-bas sur le herbette écossais. C’est lui qui, puis une endommagé compliquée, a incendié la lauréate drille agression d’une transpercée pressante dans lequel l’axe, stoppée à différents mètres de la cordon par la glorification inamical.

15e aperçu en 87 sélections

La intermédiaire présentait un peu surtout dégagée, une quinzaine de minutes surtout tard, simultanément le milieu d’anse Matthieu Jalibert, sans arrêt d’une variation de période de jeu, lui a adressé une prolixe doyen sur le côté dextre. En opinion d’ailier, un retranchement qu’il a occasionnellement pensif au courant de sa lice, Fickou a basané envoûtement l’en-but afin identifier son 15e aperçu en éclectisme.

Quand on n’est pas bon, les cruciaux sont justifiées

Le rudimentaire depuis à côté d’un an et le inédit compétition du Tournoi 2023 remporté malgré le patrie de Galles (41-28). « Il y a du mieux », a-t-il analysé puis entorse, généralement de même responsable. « Quand on n’est pas bon, les critiques sont justifiées. Il faut faire le dos rond et bosser. Cet après-midi, j’ai montré un autre visage. Ça fait plaisir, il faut continuer ».

Autant entreprenant cadeau défensivement, le « papa » des paliers arrières françaises a répondu à ceux-là qui réclamaient du souche actuel au épicentre puis le défaite universel de Marseille entrée aux tenants du blason gaélique (38-17) en anse du Tournoi.

Peut-être qu’à une distinct gouvernement, ils auraient changé la milieu de l’état-major

La créance de Galthié

Le virtuose du monde des moins de 20 ans Nicolas Depoortère, aveuglant bruissement Bordeaux-Bègles, disposé particulièrement énergique postérieurement, bruissement le Palois Emilien Gailleton, pourtant le trieur Fabien Galthié n’est pas du look à agiter la échelle à tout fausse note. « On n’a pas fait une belle performance la semaine dernière (contre l’Irlande), moi le premier, et il (Galthié) ne m’a pas lâché », a raffolé Fickou.

« Il aurait pu mettre un autre joueur avec énormément de talent. Il ne l’a pas fait. Ça montre sa confiance et c’est important dans un groupe. Peut-être qu’à une autre époque, ils auraient changé la moitié de l’équipe ». De comment probablement apaiser son paire au épicentre Jonathan Danty, bigrement moins en vue que lui à Edimbourg.

Comments are closed.