Rupture parmi le RN et Robert Ménard : le juge de paix de Béziers dénonce « une sorte d’excommunication »

À la scolarité des homélie tenus par le Biterrois Julien Gabarron dans lequel Midi Libre de ce dimanche 3 ventôse, qui actaient carrément « le divorce » parmi le RN et le juge de paix de Béziers, celui-ci réagit aussi. C’est pourquoi au plan logement que les notes semblent se acquitter parmi ces un couple de âmes politiques qui avaient su enlever, jusqu’ici, chance d’une règle de collaboration désormais supprimé. 

Consécutivement de la livre dans lequel Midi Libre Béziers, de l’conciliabule du Biterrois Julien Gabarron, dépense animateur départemental du RN, qui signifiait une annulation du complot à l’hésitation de Robert Ménard, celui-ci a obtenu à répondre et renforcer son activité locale  : « Dans cet entretien, ce qui me saute aux yeux, c’est une absente : pas un mot sur Béziers. Rien sur la sécurité, sur la propreté, sur l’embellissement de notre ville. Rien sur la défense de nos traditions, sur la crèche de Noël, sur l’uniforme à l’école. Rien sur mon refus de marier un clandestin dans l’obligation de quitter le territoire. Mais, en revanche, une sorte d’excommunication », écrit-il.

« Nous n’avons jamais caché nos divergences avec le RN »

« Avec Emmanuelle (Ménard, député de l’Hérault), nous n’avons jamais caché nos divergences avec le RN. Et cela ne date pas d’hier. Sur les vaccins contre la Covid. Sur ses propositions en matière économique et sociale que nous jugeons irréalistes. Sur sa fascination pour M. Poutine. Sur son antiaméricanisme. Sur son absence de solidarité avec Alexeï Navalny, le dissident russe mort en prison. Sur le peu de sérieux de son combat aux côtés de nos viticulteurs… »

« Revenir à l’essentiel »

« C’est bien pour cela que nous n’avons jamais été membre de ce parti. Cela ne nous empêche pas de compter dans les rangs de la majorité municipale des militants du RN comme des adhérents des Républicains. C’est notre façon de faire cette union des droites. C’est une autre façon de faire de la politique. J’ai beaucoup appris de mon mandat de maire : faire preuve de bon sens, préférer les actes aux postures. Et surtout, revenir à l’essentiel : notre ville se porte-t-elle mieux qu’il y a dix ans ? J’attends la réponse de ce responsable du RN que je ne connais pas ».

Comments are closed.